dimanche 19 novembre 2017

Voiture contre scooter : le cyclomotoriste tué

Un jeune homme de 20 ans est décédé, samedi vers 22 h, à la suite d’une collision survenue dans le quartier de la Montagne-Verte, à Strasbourg. Il conduisait un scooter lorsqu’il a été heurté par une voiture, rue d’Ostwald. Le cyclomotoriste se trouvait en arrêt cardio-respiratoire à l’arrivée des secours. Légèrement blessé, l’automobiliste âgé de 21 ans a été transporté à la clinique Rhéna de Strasbourg.
Faits divershttp://www.dna.fr/faits-divers

Rennes: Un enfant d'un an meurt noyé dans une chambre

Un garçon d’un an est mort noyé, samedi après-midi dans l’appartement de ses parents, situé rue du Bourbonnais, non loin de la dalle Kennedy dans le quartier de Villejean, à Rennes (Ille-et-Vilaine). Alertés, les pompiers ont tenté de réanimer le nourrisson. En vain.

Une enquête ouverte

Le garçonnet aurait été retrouvé inanimé dans une chambre. D’après Ouest-France, il se serait noyé dans un seau qui se trouvait dans la pièce. On ignore pour l’heure les circonstances du drame.
La piste de l’accident est privilégiée. Une enquête a été ouverte et les parents du bébé ont été entendus samedi après-midi, ajoute le quotidien.

samedi 18 novembre 2017

Essonne: Il meurt en voulant sauver son chien, prisonnier des flammes

Dramatique incendie à Saint-Germain-lès-Corbeil dans l’Essonne. Un homme âgé de 33 ans est mort ce vendredi, pris au piège par les flammes qui ont envahi son appartement. La victime serait décédée en tentant de porter secours à son chien, rapporte Le Parisien.
D’après les témoignages recueillis sur place, le trentenaire est d’abord sorti une première fois de l’appartement, sain et sauf. Puis il aurait décidé d’y retourner pour sauver son fidèle animal de compagnie, resté prisonnier des flammes. Mais il n’en est jamais revenu…

Une enquête a été ouverte

Le corps du jeune homme a été retrouvé par les secours dans les décombres. D’après les premières constatations des pompiers et des gendarmes, le feu serait parti de la chambre à coucher aux alentours de 6h45.
Une enquête a été ouverte pour déterminer l’origine de cet incendie.
M

vendredi 17 novembre 2017

Alsace: Disparition inquiétante d’une femme de 35 ans, un corps retrouvé dans le secteur des recherches

Une femme de 35 ans, habitante d’Obermodern (Bas-Rhin), disparue depuis le 15 novembre était activement recherchée par les gendarmes ainsi que de nombreux bénévoles qui ont quadrillé tout le secteur pendant la journée. Un corps a été retrouvé dans la campagne proche de la gare où sa voiture a été retrouvée mercredi dernier.
Le corps retrouvé n’a pour l’instant pas été identifié, a expliqué la gendarmerie de Bouxwiller chargée des recherches. Selon les Dernières Nouvelles d’Alsace, la description correspond selon toutes probabilités à celle de la jeune femme.
>> A lire aussi : Disparition inquiétante d’une femme de 35 ans, les gendarmes continuent les recherches

La cause du décès recherchée

Des examens vont être pratiqués pour confirmer la cause du décès. Nos confrères précisent que celle du suicide serait privilégiée par les enquêteurs.

Incendie mortel du Lot-et-Garonne: un «possible drame conjugal

Au moins un corps a été retrouvé aujourd'hui en milieu d'après-midi dans la maison calcinée d'une famille de quatre personnes à Bazens, un village du Lot-et-Garonne, a appris l'AFP de source proche du dossier.
Les secours ont continué l'opération de déblaiement des décombres de cette maison, à la recherche des parents et de leurs deux enfants. L'origine accidentelle de l'incendie mortel est "peu probable", a estimé le parquet d'Agen dans un communiqué. Les enquêteurs, qui ont retrouvé deux bidons d'essence dans un hangar à proximité, étudient plusieurs pistes dont celle d'un "possible drame conjugal", a ajouté le parquet, précisant que deux corps avaient été retrouvés
Toujours selon une source proche du dossier, le père est moniteur sportif dans le centre de détention voisin d'Eysses. Dépressif, il se trouvait en arrêt maladie tandis que la mère est professeur de natation à la piscine de Nérac. Ce matin, les deux enfants du couple ne se sont pas présentés à leurs établissements scolaires ce matin. Les deux voitures du couple ont par ailleurs été garées près de leur domicile, où des armes à feu ont été retrouvées.
Après l'alerte donnée vers 05H30, une trentaine de pompiers ont été mobilisés pour éteindre les flammes qui ravageaient cette maison isolée, proche de la forêt. Sur place, un périmètre de sécurité a été dressé.

Flash ActuFlash Act

mercredi 15 novembre 2017

Drame à l'hôpital de Baume-les-Dames : une patiente se défenestre

Le triste événement s’est produit ce mercredi matin. Une femme souhaitant mettre fin à ses jours a sauté du 3e étage de l'établissement. Elle n'a pas survécu
Les secours n’ont rien pu faire pour sauver la malheureuse femme.
Ce mercredi peu avant 8 h 30, une patiente de 48 ans est décédée sous les fenêtres de l’hôpital de Baume-les-Dames (Doubs), avenue Kennedy. Sa chute du 3e étage lui a été fatale.
Aux côtés des pompiers appelés sur place en urgence, les gendarmes ont établi, après de rapides investigations, qu'il s'agissait bien d'un acte désespéré. La victime habitait Baume-les-Dames.

  • Edition de Besançonhttp://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2017/11/15/drame-a-l-hopital-de-baume-les-dames-une-patiente-meurt-defenestree

mardi 14 novembre 2017

Gironde : un homme meurt électrocuté en sectionnant un câble de la SNCF

Un homme est mort électrocuté lundi 13 novembre dans la soirée à Bruges (Gironde), près de Bordeaux, en tentant de sectionner un câble électrique de la SNCF, ont indiqué les pompiers mardi 14 novembre, confirmant une information de France Bleu Gironde.

Les pompiers ont été appelés pour une intervention "à proximité d'une aire d'accueil des gens du voyages". Ils ont retrouvé le corps d'un homme de 40 ans, de nationalité roumaine. Il s'est électrocuté en sectionnant un câble électrique alimentant la ligne SNCF Bordeaux-Le Verdon


Faits divershttp://www.rtl.fr/sujet/faits-divers

Un SDF retrouvé mort dans le couloir d'un hôpital

Un sans domicile fixe a été retrouvé sans vie dans un couloir de l'hôpital de Montereau, lundi, rapporte Le Parisien.
Le SDF, âgé de 53 ans, a été découvert par un membre du personnel du centre hospitalier
Il avait été admis samedi soir à l'hôpital puis avait été reçu par un médecin sans pour autant être hospitalisé.
Les équipes avaient autorisé le quinquagénaire à rester dans la salle d'attente pour la nuit.
Selon le procureur de Fontainebleu, l'homme "était de santé précaire".
Une enquête est ouverte par le commissariat de la ville pour comprendre les circonstances exactes du décés.

                                     
  • Faits-Divershttp://www.nicematin.com/sujet/faits-divers

  • lundi 13 novembre 2017

    Terrible soir du 13 Novembre 2015

    hebergement d'image

    Carole Deville-Cristante

    Ce terrible soir du 13 Novembre 2015 avec 130 victimes . Leur vie s'est arrêtée , mais celle de leurs familles , de leurs amis est bien triste à présent .
    N'oublions jamais cette date épouvantable .


    Un séisme aux confins de l'Iran et de l'Irak fait plus de 300 morts

    Au moins 328 personnes ont été tuées et plusieurs milliers blessées dans un tremblement de terre de magnitude 7,3 qui a frappé dimanche soir le nord-est de l'Irak et des régions frontalières en Iran et en Turquie.
    Pour l'heure seul l'Iran a annoncé un bilan officiel provisoire, qui ne cesse d'augmenter au fil des heures.
    En Irak, où se situait l'épicentre du séisme, les responsables locaux ne parlent pour l'instant que de six morts. En début de matinée côté iranien, il s'élevait à 328 morts et environ 2500 blessés, tous recensés dans la province occidentale de Kermanshah, limitrophe de l'Irak.
    Les autorités iraniennes s'attendent à ce que ces chiffres augmentent compte tenu de la difficulté des secours à atteindre certaines zones reculées.
    une secousse a 25 km de profondeur
    Selon l'Institut géologique américain (USGS), la secousse a été enregistrée à une profondeur de 25 kilomètres à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de la ville d'Halabja, dans une zone montagneuse de la province irakienne de Souleimaniyeh. Elle a eu lieu à 18h18 GMT et a également été ressentie en Iran ainsi qu'en Turquie où ni dégâts ni victimes n'ont été enregistrés, selon les autorités.
    Les médias publics iraniens ont appelé la population au calme. "La situation est sous contrôle dans les zones frappées par le séisme", dans l'ouest de l'Iran, a assuré la télévision d'État.

    Faits-Divers            Faits-Divers             http://www.nicematin.com/sujet/faits-divers

    Policiers et gendarmes confrontés à une brutale vague de suicides

    Sept membres des forces de l’ordre ont mis fin à leurs jours en une semaine, dont l’ex-patron de la lutte contre le hooliganisme : après quelques années d’accalmie, policiers et gendarmes craignent qu’en 2017 le fléau des suicides dans leurs rangs ne retrouve ses plus hauts niveaux.
    Ils sont gardiens de la paix ou commissaire de police, gendarme membre d’une unité d’intervention ou commandant une brigade de proximité, fonctionnaires ou militaires exerçant en zone rurale ou dans l’agglomération parisienne : ils font partie des 45 policiers et 16 gendarmes qui se sont donné la mort depuis le début de l’année 2017, selon un décompte du ministère de l’Intérieur.

    Suicide probable de l’ex-patron de la lutte contre le hooliganisme

    Dimanche, c’est le commissaire Antoine Boutonnet, ex-chef de la division nationale de lutte contre le hooliganisme, qui a été retrouvé mort, après avoir probablement mis fin à ses jours avec son arme de service, au terme d’une semaine noire dans les rangs des forces de l’ordre. Dans la soirée, ce terrible bilan s’aggravait encore avec un nouveau suicide d’une policière dans la région de Perpignan.
    Cette accélération du nombre de suicides a conduit le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, à demander dimanche soir aux directeurs généraux de la Police nationale, de la Gendarmerie et de la Sécurité intérieure « une évaluation des mesures mises en œuvre pour prévenir les suicides parmi les forces de l’ordre ».
    Gérard Collomb a annoncé en outre vouloir réunir « rapidement les représentants des policiers et gendarmes pour évoquer les dispositifs de prévention existants et les moyens d’en renforcer encore l’efficacité ».

    L'« usure » des policiers et des gendarmes

    Après un pic en 2014, année noire au cours de laquelle 55 policiers (contre 40 en moyenne annuellement) et une trentaine de gendarmes avaient mis fin à leurs jours, le nombre de suicides parmi les forces de l’ordre avait décru en 2015 et 2016.
    Etait-ce l’effet du plan présenté en janvier 2015 par Bernard Cazeneuve contenant 23 mesures (recrutement de psychologues, redynamisation des cellules de veille, nouveaux cycles de travail…) destinées à prévenir le suicide ou la conséquence vertueuse du tourbillon opérationnel dans lequel sont plongées les forces de l’ordre depuis deux ans, confrontés à une menace terroriste sans précédent ?
    « Policiers et gendarmes sont très mobilisés sur la défense des autres depuis deux ans. Peut-être que cela les a amenés à moins se soucier d’eux-mêmes mais peut-être que cela a également généré de l’usure », avance prudemment Céline Berthon, secrétaire générale du syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN).

    Manque de considération, « désocialisation » et politique du chiffre

    « Confrontés au quotidien à la misère humaine, à la violence et au pire que l’on puisse trouver chez l’homme, les policiers ne peuvent plus supporter ce manque de considération, facteur du passage à l’acte dramatique », avance Unité-SGP-Police, qui demande une « réunion immédiate » du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de la Police nationale.
    Management « déplorable », manque de considération, conditions de travail, « usure professionnelle », « désocialisation », politique du chiffre, sont renvoyés par le syndicat de gardiens de la paix sur le banc des accusés.
    Les suicides parmi les forces de l’ordre ont des causes multiples et touchent des profils variés, relève Céline Berthon, « une institution qui est confrontée à ce phénomène doit être en mesure, de manière dépassionnée, de se demander : « est-ce qu’il y a des choses qui peuvent faciliter le passage à l’acte ou le provoquer ? Et le cas échéant, comment puis-je faire un travail de prévention ? » »
    Mots-clés :

    dimanche 12 novembre 2017

    Montpellier: Un homme retrouvé pendu dans le parking souterrain d'un centre commercial

    Dans la nuit de vendredi à samedi, le corps d’un homme inconnu, pendu, a été découvert dans l’un des parkings souterrains du Polygone à Montpellier, dans l’Hérault.

    Des investigations en cours

    Les sapeurs-pompiers, dépêchés dans les sous-sols du centre commercial du centre-ville, n’ont pas pu ramener la victime à la vie, rapporte le site e-metropolitain.
    L’hypothèse du suicide est privilégiée par les enquêteurs, mais une autopsie a été ordonnée. Des investigations sont menées pour tenter d’identifier cet homme.
    M

    jeudi 9 novembre 2017

    Oise: suicide d'un gendarme dans une caserne

    Un gendarme de 38 ans s'est suicidé avec son arme personnelle à la caserne de Méru (Oise) dans la nuit de mardi à hier, a appris l'AFP aujourd'hui auprès de la gendarmerie.
    "Il s'est suicidé dans le jardin de son logement dans la caserne. Ce n'était pas avec son arme de service", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la gendarmerie picarde, confirmant une information du Parisien. Marié et père de deux enfants, il faisait partie du Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (Psig).
    La gendarmerie de Méru avait déjà été dramatiquement touchée par la mort de trois gendarmes en décembre 2016 dans un accident de la route à Berneuil-en-Bray (Oise)
    Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/

    mardi 7 novembre 2017

    Metz: une étudiante se défenestre sur le campus

    Une jeune femme de 22 ans a sauté du quatrième étage d'un bâtiment du campus universitaire du Saulcy à Metz (Moselle) hier matin, selon les informations du journal Ouest-France
    Elle aurait chuté de 6 à 8 mètres et selon des témoins, elle était consciente à l'arrivée des sapeurs-pompiers. Elle a rapidement été transportée à l'hôpital, dans un état jugé alarmant. Ses jours ne seraient plus en danger. La victime souffrirait de multiples fractures aux jambes et au dos. 
    La police privilégie pour l'instant la thèse de la tentative de suicide. Sa famille, alertée par des messages inquiétants postés sur les réseaux sociaux par la jeune femme, avaient averti le personnel de l'université. 

    Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/

    Au moins 39 fonctionnaires de police seAu moins 39 fonctionnaires de police se sont suicidés depuis le début de l'année sont suicidés depuis le début de l'année

    Après une baisse en 2016, le nombre de suicides dans la police repart à la hausse cette année, annonce France bleu. Le site affirme que 39 fonctionnaires de police se sont donné la mort depuis le 1er janvier.
    Ce serait trois décès de plus que sur l’ensemble de l’année 2016, constate le site, « peut-être même cinq car deux autres cas font toujours l’objet d’une enquête ».
    >> A lire aussi: Interview: Suicide chez les policiers: «Ils ont un besoin important de reconnaissance»

    Un plan de prévention des risques psychosociaux dans la police

    L’arme de service aurait été utilisée dans environ la moitié des passages à l’acte. Depuis la fin août, le phénomène se serait accéléré. Dix suicides ont été recensés, dont sept en région Ile-de-France.
    Si un plan de prévention des risques psychosociaux dans la police a été présenté en 2015, la menace terroriste complique ses préconisations. Outre le nombre d’heures supplémentaires, la pression sur les fonctionnaires de police constitue une deuxième menace. Un service de soutien psychologique opérationnel (SSPO) dispose d’une ligne téléphonique ouverte 24 heures sur 24 pour les policiers en souffrance (01 80 15 47 09).
    >> A lire aussi: Comment les familles tentent de se reconstruire après le suicide d'un proche
    Mots-clés :