samedi 25 février 2017

Plouha : un homme tue sa mère âgée avec un fusil de chasse

C'est au lieu-dit Bon-Repos à Plouha que s'est déroulé, selon la gendarmerie et le procureur "un drame familial". Une femme de 90 ans a été tuée par son fils, âgé de 57 ans vendredi 24 février. Il a tiré sur elle avec un fusil de chasse.
D'après les premiers éléments de l'enquête, et suite à ce geste, il a appelé des proches pour leur expliquer ce qui était arrivé. Ces derniers se sont rendus chez lui, ont prévenu la gendarmerie, et les secours. L'homme a été contrôlé positif à l'alcool. Il a d'abord été mis en cellule de dégrisement, avant d'être placé en garde à vue à la gendarmerie de
Binic.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/cotes-d-armor

Gironde : l’enfer d’une femme battue et pauvre

Depuis un an, une Médocaine était devenue l’objet de son compagnon. Il a été condamné à 18 mois de prison, dont neuf ferme, jeudi.
On l’appellera Sandrine. Elle a 41 ans, pas d’emploi et vit du RSA. Elle est assise sur le banc des parties civiles. Son front est gris, le contour de ses yeux varie entre le jaune, le vert et le violet. Le bas de son visage, lui, est encore rouge. Dans la nuit de lundi à mardi, Sandrine a été passée à tabac.
« J’étais couchée, il était minuit. Sans raison, il m’a saisie par les cheveux, m’a traînée hors du lit. Ont démarré les coups de tête, de poings, contre un mur et les insultes. Il s’est arrêté subitement et s’est endormi comme une masse. Il était ivre mort », lit Clémentine Chovin, la présidente d’audience. Entre ses mains, la magistrate tient les déclarations de Sandrine face à la police.

Aucun souvenir

C’était mardi. Sandrine avait rendez-vous au commissariat de Bordeaux, dans le cadre d’une autre procédure. Devant sa figure enflée comme un ballon, l’agent qui la reçoit s’étonne. Elle prétexte une chute. Il insiste. Elle finit par se livrer. Son compagnon n’est pas loin. Il l’attend dans le hall où il est interpellé avant d’être placé en garde à vue et renvoyé devant la 7e chambre du tribunal correctionnel de Bordeaux, dans le cadre d’une comparution immédiate, jeudi.
Petit, une veste militaire trop grande pour lui sur le dos, Marcos Cobo Jurado, 59 ans, n’en mène pas large dans son box. Une première pour cet homme au casier judiciaire vierge. De la nuit de lundi à mardi, il dit n’avoir aucun souvenir. « Entre l’alcool, les cachets, tous ces mélanges… Sous l’effet de la boisson, je ne me contrôle plus. Je suis désolé. »
« Et quand vous vous êtes réveillé, vous n’avez pas vu le visage tuméfié de votre compagne ? », l’interroge la présidente. « Non. » « Et quand vous êtes monté dans la voiture pour la conduire au commissariat ? » « Non plus. » Il faudra que les policiers lui montrent des photos pour qu’il s’écrie : « Mon Dieu, c’est horrible ! » Et ce n’était pas la première fois.
La lecture du rapport du médecin qui a examiné Sandrine éclaire sur l’histoire de ses souffrances. Elle porte des traces de coups sur tout le corps. Certaines blessures sont anciennes. Son supplice a débuté il y a un an, dans le huis clos de ce couple isolé et en situation de grande précarité.
Ils habitent dans une grange louée et rafistolée, dans le Médoc. Elle n’a pas les clés. Tout est à son nom à lui. Son RSA ? Il part sur le compte de Monsieur. Un héritage qu’elle a touché ? Idem. « C’était pour qu’elle ne soit pas embêtée avec sa procédure de surendettement », assure-t-il. Il garde aussi les clés de la voiture de sa compagne. « On se croirait à l’époque où les femmes n’avaient pas le droit d’avoir un compte et de conduire », soupire la présidente.

« Je me retrouve sans rien »

« Je suis perdue. Je me retrouve sans rien. Sans maison, sans argent. Aujourd’hui, je suis dans un foyer d’accueil d’urgence », avoue Sandrine à la barre. « Il faut protéger cette femme à la sortie du tribunal », insiste le procureur de la République Marie-Madeleine Alliot qui requiert de la prison ferme et un mandat de dépôt contre le prévenu.
Elle sera entendue. Marcos Cobo Jurado a été condamné à 18 mois de prison dont neuf assortis d’un sursis avec une mise à l’épreuve de trois ans lui interdisant d’entrer en contact avec la victime, l’obligeant à l’indemniser et à suivre des soins. En outre, il devra verser à son ex-compagne 3 000 euros de dommages et intérêts. Il a été incarcéré à l’issue de l’audience.
http://www.sudouest.fr/2017/02/25/l-enfer-d-une-femme-battue-et-pauvre-3228252-2780.php

Haut-Doubs : une automobiliste tuée dans un choc frontal près de Pontarlier

Drame de la route, ce vendredi aux alentours de 15h30. Une automobiliste de 49 ans, seule à bord de son véhicule, a trouvé la mort dans un choc frontal extrêmement violent entre deux voitures, sur la RN57 près du rond-point de Doubs en direction de Besançon, au lieu-dit "Pont Rouge". Dans l'autre automobile impliquée, deux personnes ont été légèrement blessées. Ce qui n'a pas empêché l'homme de 60 ans et la femme de 53 ans de venir aussitôt au secours de la femme. Un courage admirable qui n'a malheureusement pas empêché la victime, dans un état désespéré, de décéder. Les sapeurs-pompiers ont transporté les deux blessés légers à l'hôpital de Pontarlier. La circulation est coupée dans les deux sens. Une déviation est mise en place par Vuillecin.
http://www.estrepublicain.fr/edition-haut-doubs/2017/02/24/haut-doubs-une-automobiliste-tuee-dans-un-choc-frontal-pres-de-pontarlier

vendredi 24 février 2017

Côtes-d'Armor: une agricultrice trouvée pendue

Une productrice de lait des Côtes-d'Armor, qui vivait très mal la crise du lait, a été trouvée pendue dans sa salle de traite, a-t-on appris vendredi auprès de la gendarmerie, alors que s'ouvre à Paris le Salon de l'Agriculture.
"Une femme de 47 ans, mère de deux enfants, qui produisait du lait avec son mari et un associé dans un GAEC (Groupement agricole d'exploitation en commun, ndlr), à Plumieux (Côtes-d'Armor), a été retrouvée par ce dernier pendue à une poutre jeudi à 07H00", a indiqué à l'AFP la gendarmerie des Côtes-d'Armor
En difficultés financières, elle a laissé un message disant qu'elle était désolée mais qu'elle ne supportait plus la situation", a précisé l'officier de permanence
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/index.php

Paris : noyade dans un parc aquatique, une enfant de 5 ans dans un état critique

L a jeune victime était en arrêt cardio-respiratoire lors de sa prise en charge par les pompiers. Son pronostic vital est engagé.
Une fillette âgée de 5 ans a été admise au service réanimation à l'hôpital Necker de Paris ce mercredi 22 février dans la soirée, après s'être noyée dans un des bassins à vagues du parc aquatique Aquaboulevard. Selon Le Parisien, qui rapporte l'affaire, le pronostic vital de la victime était engagé lors de son arrivée à l'hôpital. 

Enquête ouverte

Selon les premiers éléments, la fillette se trouvait dans le parc aquatique du XVe arrondissement de Paris en compagnie de son oncle et son amie. C'est un maître nageur qui est intervenu en premier et a sorti l'enfant de l'eau. En arrêt cardio-respiratoire, il a été pris en charge par les pompiers. Une enquête a été ouverte. 
http://www.midilibre.fr/2017/02/23/paris-noyade-dans-un-parc-aquatique-une-enfant-de-5-ans-dans-un-etat-critique,1470402.php

jeudi 23 février 2017

Agenaise tuée à Toulouse : sa fille avait consommé des stupéfiants

Peu d’avancées dans l’enquête sur le meurtre de Patricia Gély, cette assistante sociale rattachée au Conseil départemental de Lot-et-Garonne, retrouvée inanimée dans l’appartement toulousain de sa fille Agathe, samedi dernier.
 
La jeune femme a été hospitalisée d’office après avoir elle-même prévenu les secours et il sera impossible aux enquêteurs de la sûreté départementale de Lot-et-Garonne d’interroger Agathe « tant que les médecins n’auront pas indiqué que son état est compatible avec une garde à vue », indiquait mercredi soir, le parquetier toulousain de permanence.
L’autopsie, pratiquée sur le corps de Patricia Gély, a confirmé la mort par arme blanche. Un couteau dont se serait emparée Agathe, 24 ans, au cours d’une violente altercation avec sa mère.

« Elle avait arrêté ses études »

Les motifs du passage à l’acte de cette jeune femme atteinte de troubles psychiatriques restent donc encore assez flous, mais le parquet confirme qu’elle avait consommé des stupéfiants peu avant le drame. Le week-end dernier, Patricia Gély avait quitté Agen pour passer le week-end chez sa fille à Toulouse.
« Dans le temps réduit que nous avons eu avant son hospitalisation d’office, nous avons compris qu’elle avait été étudiante, mais on ne savait pas ce qu’elle faisait depuis quelques mois », indique le parquet.
http://www.sudouest.fr/2017/02/23/la-fille-de-patricia-gely-avait-consomme-des-stupefiants-3221540-3603.php

Nîmes : mort suspecte d'un nouveau-né, le père en garde à vue

Q uand les secours sont arrivés, mardi 21 février, à Valdegour à Nîmes, le bébé était mort. Le compagnon est en garde à vue. 
Lorsque les secours sont arrivés mardi 21 février après-midi dans cet appartement de Valdegour à Nîmes, le bébé était mort. Sa maman qui venait d'accoucher portait des traces de violences. Son compagnon était mercredi 22 février toujours en garde à vue dans les locaux du commissariat.
Une autopsie du bébé est prévue ce jeudi 23 février. Elle devrait permettre de confirmer ou non si le bébé est mort né.
http://www.midilibre.fr/2017/02/22/nimes-mort-suspecte-d-un-nouveau-ne-le-pere-en-garde-a-vue,1470023.php

mercredi 22 février 2017

Mailhac-sur-Bénaize (87) : un jeune stagiaire décède dans une exploitation agricole

Un tragique accident s'est déroulé le lundi 20 février aux alentours de 18h à Mailhac-sur-Bénaize en Haute-Vienne. Un jeune homme en stage dans une exploitation agricole est tombé dans un mélangeur d'aliments pour le bétail. Les circonstances exactes ne sont pas connues
Aux alentours de 18h, le lundi 20 février, à Mailhac-sur-Benaize, un jeune homme de 17 ans tombe dans mélangeur d'aliments pour bétail en fonctionnement. Les pompiers sont intervenus sur place mais ils n'ont pu que constater le décés du jeune garçon.
A 17 ans, il effectuait un stage dans cette exploitation agricole.
Une enquête de gendarmerie a été ouverte

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne

Un piéton fauché sur l'A7 alors qu'il traversait l'autoroute

Un jeune homme de 22 ans a été fauché par un camion cette nuit alors qu'il traversait l'autoroute A7 à la hauteur de la Mulatière. Une information du Progrès
On ignore pour l'instant les circonstances du drame relaté par le journal "Le Progrès".
Un homme de 22 ans a été fauché par un camion mardi vers 20h alors qu'il traversait à pied l'autoroute A7 à la  hauteur de la Mulatière. Le chauffeur du poids-lourd a, semble-t-il,  été surpris par l'irruption du piéton à cet endroit. Il n'a pas pu l'éviter.

La CRS 45 est intervenue pour sécuriser les lieux. Le trafic a été réduit tandis que l'on procédait aux premières constatations

http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/lyon

Le motard landais accidenté samedi à Ossès (64) est décédé

Originaire de Saint-André-de-Seignanx, le motard avait percuté une barrière samedi après-midi alors qu’il circulait sur la D918 à Ossès au Pays basque, en direction de Bayonne
Le jeune homme de 21 ans, originaire de Saint-André-de-Seignanx, et qui avait été grièvement blessé dans un accident de la circulation à Ossès au Pays basque, samedi après-midi, est décédé ce mardi à l’hôpital de Bayonne
Le choc contre une barrière avait provoqué des lésions cérébrales très graves. En dépit des soins prodigués par les équipes du centre hospitalier de Bayonne où il avait été transporté par hélicoptère, peu de temps après le drame, le jeune homme n’a pas survécu à ses blessures.
Enquête en cours

mardi 21 février 2017

L'hommage des sapeurs pompiers de Nice à l'un des leurs, mort au feu

Ce mardi matin se tenait la 20e cérémonie en mémoire du sapeur David Anguille, mort au feu à Nice le 21 février 1997.            
Elle s'est tenue à la caserne Hancy de Nice en présence du colonel Alain Jardinet, directeur du Service départemental d’incendie et de secours des Alpes‐Maritimes par intérim, du lieutenant‐colonel Olivier RIquier, chef du groupement Nice‐Montagne et du capitaine Frédérik Caille, chef de centre du CIS Hancy.
Une plaque a été dévoilée en présence de la famille de David Anguille et de représentants d'Eric Ciotti, président du Conseil départemental et de Philippe Pradal, maire de Nice.
Afin d’honorer la mémoire de leur camarade, une course de cohésion a ensuite été lancée au départ du CIS Hancy.
http://www.nicematin.com/sujet/faits-divers

lundi 20 février 2017

Vaulx-en Velin : le club de l'ASUL handball endeuillé par la disparition de Sephora Zozime

Séphora Zozime, sociétaire de l'ASUL Handball Vaulx-en-Velin, est décédée samedi soir dans l'accident de circulation qui a fait un mort et deux blessés graves avenue de Bohlen à Vaulx. Elle fêtait ce soir là son 23ème anniversaire. Son club de handball, où elle entraînaît les jeunes, est sous le choc.    
éphora Zozime avait tout juste 23 ans. Elle fêtait samedi son anniversaire et c'est en rentrant du bowling qu'elle est morte à Vaulx-en-Velin dans une collision à un carrefour qui a fait par ailleurs deux blessés graves. Un accident d'une violence inouie lié sans doute à un feu rouge grillé et à un refus de priorité causé par une autre automobiliste.
La disparition brutale de Sephora provoque une grande émotion au sein du club de l'ASUL Vaulx-en-Velin, où elle avait elle-même débuté à l'âge de 11 ans. Ses camarades l'avaient croisé dans la semaine et samedi encore, quelques heures avant sa mort, alors qu'elle était venue suivre un match de hand.
"Sephora était pleine de vie et d'envies" explique Anthony Serez, le président du club . "Elle s'habillait toujours en noir mais elle portait des couleurs en elle. Elle adorait la musique" se souvient -il "Je lui avais demandé de passer une visite médicale après une sévère blessure aux ligaments croisés pour reprendre la compétition", explique le dirigeant.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/lyon

Le conducteur percute un arbre et perd la vie

Le drame s'est produit hier, à la tombée de la nuit, aux alentours de 17 h 30. Un kilomètre après le village de Saint-Martin-d'Oydes, en direction de Pamiers, un conducteur d'une cinquantaine d'années perd le contrôle de son véhicule, sur la D626 A, une route étroite bordée d'arbres.
«Il s'agit d'un homme originaire des Pyrénées-Orientales», témoigne la maire de la commune, Geneviève Leleu, qui s'est dépêchée sur les lieux. «L'accident pourrait avoir été provoqué par un dépassement. En doublant une voiture, le conducteur s'est déporté sur le bas-côté.» Il perd le contrôle de sa fourgonnette, et c'est alors que l'avant de son véhicule percute un arbre
Dépêchés sur place, les pompiers de Saverdun, de Pamiers et les gendarmes de la brigade de Saverdun n'ont pu que constater le décès du conducteur. «Selon les hommes du SMUR, il est décédé sur le coup», poursuit Geneviève Leleu. «C'est dramatique, dès qu'il y a mort d'homme, c'est toujours dramatique. J'ai essayé de rassurer les passants car cela crée un certain traumatisme chez les gens. Les familles choquées qui étaient à bord des deux véhicules doublés ont été prises en charge par les secours», raconte l'élue. Avant de rappeler le caractère accidentogène de la route.
http://www.ladepeche.fr/communes/saint-martin-d-oydes,09270.html

dimanche 19 février 2017

Une jeune femme tue sa mère à l'arme blanche

Un drame familial s'est joué aujourd'hui vers 13 heures dans un appartement du centre de Toulouse, rue Urbain-Vitry. Une jeune femme, âgée de 24 ans, qui est connue pour souffrir de sérieux problèmes psychiatriques a porté plusieurs coups de couteau à sa mère
Quand les secours sont arrivés sur place, ils n'ont pas pu sauver cette femme qui était âgée de 58 ans. La jeune fille, blessée notamment à une main, a dû être prise en charge et transportée pour recevoir de soins à l'hôpital Purpan. Les policiers de la sûreté urbaine, chargés de l'enquête par le parquet, n'ont pour l'instant pas pu l'entendre. L'origine de la querelle entre la mère et sa fille est pour l'instant très incertaine.
Les problèmes psychiatriques de la principale suspecte compliquent les investigations. Les policiers attendent l'avis d'un expert psychiatre pour savoir s'ils vont pouvoir entendre cette jeune femme ou si son état psychique rend sa garde à vue incompatible
http://www.ladepeche.fr/communes/toulouse,31555.html

samedi 18 février 2017

Un enfant meurt dans un accident de luge

Un enfant de quatre ans est décédé et son père et sa soeur de huit ans ont été grièvement blessés lors d'une chute en luge dans un ravin, dans une station de ski située entre le Gard et la Lozère.
Les deux enfants ont fait une sortie de piste en luge vers 13h et ont chuté de 15 mètres en contrebas à Prat-Peyrot, la station de ski du Mont-Aigoual, à la frontière entre le Gard et la Lozère.
La fille de huit ans était grièvement blessée à la jambe et en état d'hypothermie. En essayant de secourir ses enfants, le père a également chuté en bas de la falaise et s'est fracturé une jambe.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php