mardi 2 septembre 2014

La mère d'Anas, noyé à Nakache : «On ne m'a pas autorisée à être plus près de lui à cause de mon voile»

Inconsolable. Plongée dans l'album de famille, Nora, la mère du petit Anas, 5 ans, retrouvé noyé samedi à la piscine municipale du parc des sports de Toulouse (piscine Nakache), ne peut retenir ses larmes. Elle et son époux, Hafid, que nous avons rencontrés hier, à leur domicile toulousain, veulent comprendre les circonstances dans lesquelles leur petit garçon est mort lors de la baignade dans le bassin central réservé aux enfants. Nora, la mère d'Anas, soutenue par sa famille et ses voisins, s'exprime pour la première fois.
Selon vous, que s'est-il passé au moment du drame ?
Je me suis rendue à la piscine avec Anas, son frère de 7 ans et un cousin. Peu avant 16 heures, Anas, qui mesure environ 1 mètre, était dans l'eau avec son frère et son cousin. Je n'avais pas accès au bassin ni à ses abords en raison de ma tenue vestimentaire. (NDLR : Nora portait le hijab, un voile laissant apparaître le visage et une tunique. Le règlement stipule que pour des raisons d'hygiène toute tenue vestimentaire n'est pas autorisée au bord du bassin.) Je ne conteste pas le règlement puisqu'il faut être en maillot pour avoir accès au bassin. Mais j'étais à environ 20 mètres de mon fils pour le surveiller. Soudain, j'ai entendu les enfants crier. Ils avaient repéré Anas au fond de l'eau. Un homme l'a remonté à la surface, les maîtres nageurs et la sécurité sont intervenus.
Qu'avez-vous fait ?
J'ai poussé des cris, des hurlements en voyant mon fils inanimé et dans cet état.
Que voulez-vous dire aujourd'hui ?
Pourquoi ne m'a-t-on pas autorisée à être plus proche pour le surveiller dans l'eau ? Il aurait fallu que je sois au moins à deux mètres de lui… Cela aurait été plus facile d'intervenir. Anas, se faisait une joie d'aller à la piscine. Il n'y avait jamais été auparavant.
Qu'attendez-vous de l'enquête ?
(NDLR : un couple de voisins, Alain et Samia, solidaires de la famille, poursuit l'interview.)
Nous ne rentrons pas dans les polémiques. Ce que nous souhaitons, c'est que l'enquête établisse les responsabilités de chacun.
C'est-à-dire ?
Alain, le voisin poursuit…
Cette famille qui a besoin d'être soutenue n'est pas là pour accuser qui que ce soit. Notre fille avait l'habitude de jouer avec Anas, qui était un enfant adorable, pas turbulent, ni un casse-cou. Il ne posait jamais de problèmes. S'il y a eu des défaillances, il faut que cela soit mis au jour. Pourquoi cette piscine n'est pas équipée d'un système sonore au fond du bassin pour alerter en cas de noyade ?
Le règlement précise que cette partie de baignade est placée sous la surveillance des parents ?
Oui. Mais la mère d'Anas a payé l'entrée de la piscine. Pourquoi dans ces conditions ne pas lui autoriser de surveiller son enfant en se tenant tout près ? Elle ne conteste pas le règlement, mais si elle paye l'entrée, c'est pour aussi être en mesure de pouvoir surveiller son enfant dans de bonnes conditions.
Qu'espérez-vous aujourd'hui ?
Il faut essayer de comprendre ce qui s'est passé et dégager les responsabilités de chacun. Pour que cela puisse servir de leçon et que ce drame horrible ne se reproduise plus.
Anas devait reprendre l'école cette semaine ?
Oui, il y a toujours son nom sur les listes. Il devait faire sa rentrée en grande section à la maternelle Anatole-France. La maîtresse est effondrée. C'était un petit garçon sage, docile qui ne posait aucun souci de comportement. C'était un ange.

Laurence Arribagé attend le résultat de l'enquête

Interrogée par «La Dépêche du Midi», Laurence Arribagé, adjointe aux sports à la mairie de Toulouse, a considéré ce lundi que «l'heure n'est pas à la polémique, mais au recueillement, à la compassion pour cette maman et sa famille dans l'épreuve, et à la recherche de la vérité s'agissant des conditions exactes dans lesquelles s'est noué ce drame».
À ce stade de l'enquête, l'élue du Capitole rappelle que le jour de la noyade du petit Anas, dix maîtres nageurs sauveteurs étaient en poste à la piscine Nakache. «D'un point de vue réglementaire, c'est un effectif largement suffisant pour assurer la sécurité des usagers du lieu de baignade», affirme Mme Arribagé, en notant par ailleurs que «la piscine Nakache n'a pas enregistré un pic de fréquentation le samedi 30 août. S'agissant de sa dimension, le dispositif de surveillance ne devrait pas être mis en cause», suggère l'adjointe aux sports.
Exprimant son «souci de ne pas ajouter à la douleur des parents du petit Anas», l'élue a voulu rappeler que «le règlement en vigueur à Nakache, s'agissant de la tenue des baigneurs, s'applique à tous, et dans toutes les piscines de France. De la même façon, tout enfant de moins de 10 ans doit être accompagné d'une personne de plus de 16 ans lorsqu'il se trouve dans l'eau», précise Mme Arribagé, admettant que «le règlement ne saurait constituer la seule réponse au drame qui nous attriste tous. C'est la raison pour laquelle une enquête est en cours, que le matériel de vidéosurveillance a été saisi. Comme les parents du petit Anas, il nous importe de savoir pourquoi et comment un enfant de 5 ans a trouvé la mort dans un bassin de la piscine Nakache».

lundi 1 septembre 2014

Choc frontal à Saint-Cergues : un motard entre la vie et la mort

Un violent accident de la circulation s'est produit dimanche soir sur la 2x2 voies en travaux sur le plat de Saint-Cergues. Selon les premiers éléments, il était 23h20 lorsqu'un motard roulant en direction d'Annemasse s'est déporté sur la voie opposée, heurtant de plein fouet un véhicule arrivant en face. La conductrice de la voiture, domiciliée à Sciez, est indemne. Le motard domicilié à Reignier a été très grièvement blessé dans le choc et transporté inconscient jusqu'à l'hôpital par les pompiers. Son pronostic vital est engagé.

http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2014/09/01/choc-frontal-a-saint-cergues-un-motard-entre-la-vie-et-la-mort

Templeuve (B) : un bébé meurt en tombant dans un étang

Un bébé âgé de 18 mois est décédé ce ce dimanche en tombant dans un étang à Templeuve (B). 
Selon l'agence de presse belge Belga, l'enfant de 18 mois est décédé dimanche soir à l'hôpital Notre-Dame de Tournai. Dans l'après-midi, il était tombé dans un étang de Templeuve près de Tournai, à la frontière avec le Nord Pas-de-Calais.

Les pompiers de Tournai ont été prévenus peu après 16h00 qu'un enfant avait chuté dans un étang de pêche. Les services de secours se sont rendus sur les lieux rapidement et ont ranimé le bébé, qui se trouvait dans un état très grave.

La victime, un petit Français, a été transportée à l'hôpital Notre-Dame de Tournai où elle est décédée dans la soirée.


http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/2014/09/01/templeuve-b-un-bebe-meurt-en-tombant-dans-un-etang-541648.html

Terrible drame hier soir sur l'A61 : une femme se jette du haut d'un pont

Un terrible drame s'est déroulé, hier soir, peu avant 22 heures, sur l'autoroute A61 au niveau d'Arzens sur la voie de circulation reliant Narbonne à Toulouse. Une dame s'est jetée du haut d'un pont enjambant l'A 61. Selon les premiers éléments de l'enquête il s'agirait d'un geste désespéré. La circulation était très dense à ce moment-là et plusieurs véhicules n'ont pu éviter le corps de la malheureuse. La circulation a été immédiatement interrompue. Un gros bouchon s'est aussitôt formé.

dimanche 31 août 2014

La conductrice accidentée vendredi à Laon est décédée

LAON (02). Vendredi, une jeune femme a percuté un poids lourd alors qu'elle circulait sur la RN 1044. Grièvement blessée, elle est décédée des suites de ses blessures. 
Vendredi 29 août, une voiture et un camion se sont retrouvés dans le fossé suite à une collision sur la RN1044, entre le rond-point de l'escargot et celui de l'Europe.
La conductrice de la voiture, une jeune fille de 18 ans a été grièvement blessée et a du être désincarcérée.
Elle est décédée samedi 30 août confirment nos confrères de l'Aisne Nouvelle
C'est le 14e accident mortel depuis le début de l'année dans l'Aisne. 

http://m.lunion.presse.fr/region/la-conductrice-accidentee-vendredi-a-laon-est-decedee-ia3b26n400143

Orgelet : une jeune fille de 19 ans perd la vie dans un accident de voiture

L'accident mortel s'est produit vers 5H00 ce dimanche 30 août en plein centre de la commune d'Orgelet. Sur les quatre occupants du véhicule qui a quitté la voie et fait plusieurs tonneaux, se trouvait une jeune fille de 19 ans, passagère, qui est décédée. Elle était originaire du Doubs.
Un autre jeune, blessé, a été transporté à l'hôpital de Lons-le-Saunier. Les deux derniers occupants ont pris la fuite. Selon les premiers éléments de l'enquête de gendarmerie, c'est un passager assis à l'arrière du véhicule qui aurait provoqué l'accident

http://france3-regions.francetvinfo.fr/franche-comte/2014/08/31/orgelet-une-jeune-fille-de-19-ans-perd-la-vie-dans-un-accident-de-voiture-540898.html

Vélo contre voiture: un cycliste décède à Antibes

Une voiture et un vélo se sont percutés sur le Pont du Colonial à Antibes, samedi vers 19 heures.
Selon plusieurs témoins, la collision a été extrêmement violente: le véhicule a fait une embardée et balayé le cycliste, avant de finir sa course sur le toit.
Le pilote du deux-roues, un homme d’une cinquantaine d’années, est décédé sur le coup.
Samedi soir, faute de papiers sur lui, il n’avait pas été identifié.
Le conducteur de la voiture, un Niçois d’une vingtaine d’années, et son passager mineur ont été légèrement blessés.
Les sapeurs-pompiers les ont transportés à l’hôpital de la Fontonne, où ils devaient être interrogés par la police pour déterminer les circonstances exactes de ce drame.

http://www.nicematin.com/antibes/velo-contre-voiture-un-cycliste-decede-a-antibes.1884182.html

Retrouvée morte dans le Rhône avec sa voiture, elle se serait suicidée

L’enquête sur le décès de cette Pontétienne de 62 ans, retrouvée noyée dans le Rhône au volant de sa voiture vendredi après-midi, devrait vraisemblablement conclure à un suicide, selon les informations recueillies auprès du commissariat d’Avignon.
La scène s’était produite vers 14 h 15, face à l’intersection entre la route de l’Islon et le chemin de Dardenne, sur l’île de la Barthelasse. Des témoins avaient vu le véhicule de la victime plonger dans le fleuve à un endroit où la profondeur est de près de six mètres. La Clio a été remontée à la surface des heures plus tard.
Les versions de ces témoins étaient diverses ; certains pensaient qu’elle avait délibérément évité les arbres pour plonger dans l’eau. C’est cette hypothèse qui semble privilégiée par les enquêteurs. « Cette dame avait déjà été contrôlée en état d’ivresse au volant sur la Barthelasse il y a quelque temps. Et elle avait donné des signes de tendances suicidaires », a expliqué notre source.
Les examens de levée du corps lundi permettront d’en savoir plus, avec notamment la présence éventuelle d’alcool, drogue ou médicament dans l’organisme.

http://www.ledauphine.com/vaucluse/2014/08/30/morte-dans-le-rhone-sans-doute-un-suicide

samedi 30 août 2014

Epiais-Rhus : un homme chute de 10 mètres

Un homme âgé d’une trentaine d’années a fait une chute d’environ dix mètres à Epiais-Rhus ce samedi midi. L’accident s’est produit dans l’usine à tourteaux, un ancien moulin, aujourd’hui désaffectée. Pris en charge par les sapeurs-pompiers, l’homme a été transporté dans un état grave vers le centre hospitalier de Pontoise.

http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/epiais-rhus-un-homme-chute-de-10-metres-30-08-2014-4098463.php

Des milliers de pensées pour Fabienne, assassinée en juillet dernier

«C'est sûr qu'il va se passer des choses. Peut-être que Benoît Hamon, qui avait dit qu'il reviendrait à l'école Edouard-Herriot, aurait pris une initiative. Il n'est plus ministre de l'Éducation nationale, mais il y aura des actions décentralisées, un peu partout en France.» Chantal P., une Albigeoise de 58 ans, est la gestionnaire de la page Facebook en soutien à Fabienne Terral-Calmès (1). La page dépasse 151 600 mentions «J'aime», à l'échelle de l'émotion provoquée par le meurtre de cette enseignante dans sa classe par une mère d'élève le 4 juillet à Albi «qui a choqué toute la France». Et Chantal de se faire l'écho d'une idée née sur sa page intitulée «Le jour de la rentrée, nos pensées pour Fabienne». «Cela me trottait dans la tête, mais je ne voulais pas que ça vienne de moi. C'est une internaute qui m'a envoyé un message pour le suggérer. Les réactions n'ont pas manqué.» Sylvia écrit par exemple que, «en cette rentrée 2014 bien triste, la moindre des choses serait de rendre un hommage à Fabienne, dans chaque établissement.» Un appel qui ne vaut pas seulement pour Albi, mais qui s'adresse à toutes les écoles françaises qui se sont senties concernées. Quelques voix ont émis des réserves, craignant que ces manifestations publiques aient aussi pour effet «de rappeler le drame aux enfants», mais ces objections sont restées très minoritaires, le souhait de marquer le coup mardi prochain l'emportant.
Chantal s'est fait le porte-parole de toutes les suggestions : «Une minute de silence dans les écoles ou classes, le ruban épinglé sur la poitrine ou autour du poignet (la couleur majoritairement citée est le blanc), un cœur en papier épinglé sur la poitrine, un livre ouvert dans les écoles pour permettre à tous de laisser un message de sympathie, une rose blanche ou autre fleur dans les classes, ou épinglée façon boutonnière, la liste n'est pas exhaustive. Quelle que soit la forme qu'elle prendra, ce sera une belle pensée.»
Chantal comme elle le fait à chaque reprise depuis qu'elle a repris la page Facebook en juillet a d'abord consulté la famille de Fabienne, «qui a répondu qu'elle ne donnerait aucune directive pour le jour de la rentrée, souhaitant rester dans sa bulle de deuil, mais qu'elle ne s'oppose à rien. Tous ces signes de soutien, les marches blanches, et jusqu'à ce merveilleux poème Le parfum écrit pour Fabienne et publié sur la page, toute cette tendresse et tout l'amour dégagé constituent un énorme réconfort pour les proches.»

http://www.ladepeche.fr/article/2014/08/30/1941819-des-milliers-de-pensees-pour-fabienne.html

vendredi 29 août 2014

Un mort et deux blessés graves dans une collision frontale

Un dramatique accident de la circulation s’est produit ce vendredi vers 11 h 55 sur la D56 à hauteur de la commune d’Ansouis. Pour des raisons encore indéterminées, deux véhicules circulant sur des voies opposées sont violemment entrés en collision. Dans ce choc frontal, l’un des occupants a perdu la vie. Il s’agit d’une femme âgée de 71 ans. Un homme de 82 ans se trouve dans un état préoccupant. L’hélicoptère du Samu84 est actuellement sur place afin de le transporter vers un centre hospitalier. Une femme âgée de 67 ans a également été gravement blessée dans cet accident.

http://www.ledauphine.com/vaucluse/2014/08/29/ansouis-un-mort-et-deux-blesses-graves-dans-une-collision-frontale

Doubs : un bûcheron meurt écrasé sous un arbre

Besançon. Un bûcheron de 57 ans, a été retrouvé mort, hier, en début d’après-midi, en forêt d’Orchamps-Vennes. Il a été écrasé par un arbre qu’il venait de couper. C’est l’épouse de Gabriel Courcellot, originaire de Gilley, qui, s’inquiétant de ne pas le voir rentrer à midi est partie à sa recherche. Elle a retrouvé sa voiture stationnée sur la route des Luisans, entre Orchamps-Vennes et Fournets-Luisans et a alors appelé les sapeurs-pompiers. Ce sont ces derniers qui ont découvert le corps du malheureux bûcheron. Il n’y avait plus rien à faire

http://www.estrepublicain.fr/actualite/2014/08/29/un-bucheron-meurt-ecrase-sous-un-arbre

jeudi 28 août 2014

Le 4x4 heurte un arbre : deux morts

Deux jeunes gens de 17 et 21 ans ont perdu la vie ce matin dans un accident de la route survenu à Albé, dans le val de Villé.
Le conducteur a perdu le contrôle de son véhicule Land Rover aux environs de 5h ce matin alors qu'il circulait sur la RD539 à Albé, dans le val de Villé. Le 4x4 a quitté la chaussée et a terminé sa course contre un arbre. La propriétaire du centre équestre situé en contrebas, réveillée par le choc, a prévenu les pompiers.
A leur arrivée, les secours n'ont pu que constater le décès de l'adolescent de 17 ans qui était assis à la place passager. Le conducteur âgé de 21 ans a quant à lui été évacué dans un état critique au centre hospitalier Pasteur de Colmar. Il a succombé peu après son arrivée à l'hôpital. Tous deux résidaient à Albé et étaient voisins.
Les gendarmes de la brigade territoriale de Villé ont procédé aux premières constatations sur les lieux de l'accident. L'enquête est en cours pour déterminer les circonstances de cette sortie de route tragique.

http://www.dna.fr/actualite/2014/08/28/accident-mortel-voiture-alsace-albe-val-de-ville-faits-divers

Drame de Laas-Tillac : les obsèques des trois victimes auront lieu vendredi

Vendredi sera une journée de deuil et de recueillement dans le Gers : les obsèques des trois victimes de la course de côte de Laas-Tillac seront organisées ce même jour. C'est à l'église Sainte-Bernadette d'Auch qu'auront lieu, à 10 h 30, les obsèques religieuses de Bertrand Malinowski, le photographe indépendant de 41 ans. Originaire de Nice, cet imprimeur s'était installé dans le Gers depuis de nombreuses années. Il habitait le village de Montégut, près d'Auch, avec sa femme et son fils de 13 ans.
La famille et les amis d'André Kerdudo, l'un des deux commissaires de course, appellent à un moment de recueillement vendredi, entre 13 heures et 14 heures à Fleurance, à la chambre funéraire où repose le corps de ce Breton de 62 ans venu passer sa retraite à Montestruc, dans le Gers. Il sera ensuite incinéré au crématorium de Lafox, en Lot-et-Garonne.
Enfin, c'est à 15 heures qu'aura lieu, en la cathédrale Sainte-Marie d'Auch, la messe d'obsèques en mémoire de Josette Baldran, 64 ans. La commissaire de course, qui avait des attaches dans le Tarn, était domiciliée à Saint-Clar.

http://www.ladepeche.fr/article/2014/08/28/1940808-les-obseques-des-trois-victimes-auront-lieu-vendredi.html

mercredi 27 août 2014

Charente-Maritime : un conducteur portugais tué sur l'autoroute A10

Un Portugais de 29 ans, vétérinaire, a trouvé la mort dans la nuit de lundi à mardi, sur l'A10 à hauteur de Grandjean, environ 11 kilomètres après la sortie 34 de Saint-Jean-d'Angély, dans le sens Paris-Bordeaux. L'accident a obligé les services de l'autoroute à fermer l'A10 durant près de 3 heures.
 
Vers 1 h 20, le conducteur a perdu le contrôle de sa voiture et a heurté la glissière centrale de l'autoroute. La voiture s'est alors immobilisée sur la voie rapide. Le second passager, un importateur d'oiseaux de 45 ans, est sorti de l'habitacle, afin de se mettre en sécurité sur le terre-plein central.
Dans le même temps, le conducteur d'origine portugaise est allé prendre le triangle de signalisation dans le coffre. C'est là qu'il a été heurté par une voiture qui venait de doubler un camion.

Le drame s'est joué dans un laps de temps très court et le deuxième automobiliste n'a pu éviter le piéton. Ce dernier est mort sur le coup. Son compagnon de route est indemne. Le consulat portugais a été informé très rapidement de cet accident mortel.

http://www.sudouest.fr/2014/08/26/charente-maritime-un-portugais-tue-sur-l-autoroute-a10-1652103-1343.php