mardi 3 mai 2016

Hesdigneul-lès-Boulogne : un homme assis sur le quai de la gare happé par un train

Un homme d'une quarantaine d'années a été tué par un train Corail ce mardi matin alors qu'il se trouvait assis sur le quai de la gare d'Hesdigneul-lès-Béthune. Une enquête de gendarmerie est ouverte. 
Un homme d'une quarantaine d'années a été happé par un train en gare d'Hesdigneul-lès-Boulogne, ce mardi matin vers 10 heures. Il est décédé sur place. Selon la gendarmerie de Calais, qui est chargée de l'enquête, la victime était assise sur le bord du quai lorsque le train est arrivé. Malgré la sirène de la locomotive, l'homme, qui était seul sur le quai, n'a pas bougé.
L'enquête de gendarmerie devra déterminer s'il s'agit d'un suicide ou non. La victime serait originaire de Boulogne-sur-Mer.
Le train qui reliait Etaples à Boulogne a été arrêté en pleine voie, et ses 24 passagers ont été pris en charge par un autocar.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/hesdigneul-les-boulogne-un-homme-assis-sur-le-quai-de-la-gare-happe-par-un-train-989187.html

Meuse : un quinquagénaire s’immole par le feu après une séparation conjugale

Le corps sans vie d’un homme âgé de 52 ans a été retrouvé ce lundi, peu avant 8 h, au bout de la rue du Général-Sarrail, à proximité du canal et de la chapelle, le long du muret d’une habitation située à la sortie de la localité de Revigny-sur-Ornain, dans la Meuse. C’est un riverain, promenant son chien, qui a fait la macabre découverte, alertant aussitôt les secours.
La victime se trouvait dans l’herbe, couchée sur son flanc droit, la tête contre le mur d’enceinte. L’individu était torse nu, le pantalon débraillé, et présentait de nombreuses traces de brûlures sur une bonne partie du corps.
Durant toute la matinée, les lieux ont été gelés pour les besoins de l’enquête menée par les gendarmes de la brigade territoriale de Ligny-en-Barrois, renforcés par la brigade de recherches de Commercy et les techniciens en identification criminelle de Bar-le-Duc, coordonnés par le chef d’escadron Bruno Dubois, commandant de la compagnie de Commercy.
Le médecin-légiste de Verdun, le Dr Bruno Frémont, est arrivé sur place en fin de matinée pour un premier examen du corps qui a confirmé la thèse de l’immolation par le feu. « L’hypothèse criminelle est écartée, tout comme l’intervention d’un tiers. Il s’agit d’un geste désespéré qui intervient suite à une séparation conjugale. La teneur de contacts téléphoniques récents avec sa compagne démontre que la victime avait l’intention de mettre fin à ses jours », indiquait ce lundi soir Rémi Coutin, le procureur de la République.

Convoqué par la justice pour « violences conjugales »

Bénéficiaire du RSA, l’homme en question vivait chez sa mère, dans le quartier. Il travaillait pour elle comme aide à domicile. Décrit comme « assez discret », il venait toutefois, il y a un mois, d’être entendu par les services de gendarmerie et faisait l’objet d’une convocation judiciaire, en juin, devant le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc pour « violences conjugales ».
Selon les constatations du médecin-légiste, la mort remonterait « à une dizaine d’heures avant la découverte du corps », dimanche soir ou dans la nuit. Aucun témoin ne s’est manifesté dans le cadre de l’enquête. Les circonstances du drame, elles, restent à déterminer. Le quinquagénaire aurait pu s’immoler et parcourir plusieurs centaines de mètres avant de s’effondrer contre le muret. Son corps a été transporté à l’institut médico-légal de Verdun pour des examens supplémentaires.
http://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2016/05/02/meuse-un-cadavre-decouvert-a-revigny-sur-ornain

lundi 2 mai 2016

Cancer : la Laonnoise Leslie Demoulin a désormais rejoint les étoiles

hebergement d'image
Malade, Leslie Demoulin avait pris la plume pour laisser un témoignage à sa fille Milla. Elle s’est éteinte ce lundi, à Reims, entourée de ses amis
En février, Leslie Demoulin était venue à Laon pour dédicacer son livre-témoignage Un jour, je serai une étoile. Dans cet ouvrage, dédié à sa fille Milla, elle raconte son histoire, de ses années d’apprentissage dans l’Aisne aux années passées dans les Ardennes lorsqu’elle a monté son propre salon de coiffure. Elle y évoque ses années difficiles, les coups de son beau-père, le meurtre de sa mère.
Elle y a parlé aussi de ce cancer qui la ronge depuis plusieurs années et qui vient de l’emporter à l’âge de 34 ans. Hugues Capliez, l’ami de toujours, était à ses côtés lorsqu’elle s’est éteinte, ce lundi. « Elle voulait partir entourée de ses amis, la famille qu’elle s’était choisie, explique le coiffeur laonnois, masquant difficilement son émotion. Nous sommes allés la chercher à Montpellier la semaine dernière, elle s’est éteinte à Reims. »
Leslie Demoulin et Hugues Capliez s’étaient connus il y a une vingtaine d’années, lorsque la jeune femme était en apprentissage. « J’étais premier coiffeur dans le salon, elle avait 15 ans. » Plus tard, lorsqu’il monte son propre salon avec son épouse, Leslie vient les rejoindre, « Elle a travaillé quelques années avec nous, puis elle est partie ouvrir son salon à Charleville-Mézières, dans les Ardennes. » Le couple Capliez est toujours resté en contact avec la jeune femme.« Elle était un peu comme ma petite sœur, à l’époque de son apprentissage, je l’avais en quelque sorte pris sous mon aile. » L’homme garde le souvenir d’une personne comme on en rencontre que rarement, « elle marchait aux sentiments, à l’amour. Elle avait réussi à tirer de ses années de galère des choses très positives. » Rappelant que la vie n’a pas toujours été tendre avec la jeune mère de famille, Hugues Capliez tient à mettre en avant le côté guerrière de Leslie : « Elle était très généreuse, elle ne laissait personne insensible. »
Leslie Demoulin souhaitait reposer auprès de sa mère dans le Saint-Quentinois, «  Une messe devrait avoir lieu, d’ici quelques jours à Mons-en-laonnois. »

http://www.lunion.fr/node/716109

Bruay-la-Buissière : une adolescente défenestrée du deuxième étage

Une adolescente de 16 ans s'est défenestrée du deuxième étage, dimanche soir peu avant 23 heures à Bruay-la-Buissière. Les faits se sont déroulés dans la rue Jules Marmottan, dans le domicile familial.
La jeune fille a été prise en charge et transportée consciente par les secours au centre hospitalier de Beuvry, accompagnés par une équipe du SMUR de Béthune. Ses jours ne sont pas en danger.

On ignore les raisons de cette chute mais elle serait intervenue suite à un différend avec la mère de la victime, qui lui aurait confisqué son téléphone portable. Tentative de fugue, de suicide, ou chute accidentelle ? L'enquête du commissariat de police de Bruay-la-Buissière devra le déterminer.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/bruay-la-buissiere-une-adolescente-defenestree-du-deuxieme-etage-988111.html

Drame à Hanovre

Hanovre est en deuil. Niklas Feierabend (19 ans) est décédé ce dimanche des suites d’un accident de la route, lui qui était installé à l’arrière du véhicule. Deux autres personnes ont disparu dans ce tragique accident.
Le jeune joueur, qui avait signé son premier contrat professionnel avec son club formateur en février, était apparu à deux reprises dans le groupe professionnel cette saison, sans toutefois entrer en jeu.
http://www.footmercato.net/breves/

dimanche 1 mai 2016

Madère : mort d'un touriste français après une chute dans un ravin

Un touriste français de 81 ans est mort ce samedi après avoir chuté dans un ravin d’environ 100 mètres de profondeur alors qu’il faisait une randonnée sur les hauteurs de l’île portugaise de Madère, ont annoncé les pompiers.
"Le touriste faisait partie d’un groupe et, quand il s’est arrêté pour prendre une photo, il aurait glissé et il est tombé dans le précipice", ont indiqué à l’agence de presse Lusa les pompiers de la commune de Camara de Lobos, où s’est produit le drame.
Situé à 500 km des côtes marocaines, l’archipel portugais de Madère, surnommé la "perle de l’Atlantique", accueille chaque année des milliers de touristes attirés par ses paysages volcaniques et son climat doux
http://www.estrepublicain.fr/actualite/2016/04/30/madere-mort-d-un-touriste-francais-apres-une-chute-dans-un-ravin

samedi 30 avril 2016

Boulogne-sur-Mer: l’ouvrier blessé mardi sur le chantier de Nausicaá est décédé

Selon un des membres de sa famille, l’ouvrier de chantier blessé mardi sur le chantier de Nausicaá est décédé jeudi matin au centre hospitalier. Il aurait succombé à ses blessures.
Mardi matin, un accident du travail est survenu sur le chantier d’extension de Nausicaá. Un ouvrier âgé de 50 ans a chuté sur une tige métallique servant à soutenir les fondations d’une structure béton.
Les sapeurs-pompiers de Boulogne ont rapidement pris en charge la victime et l’ont transportée au centre hospitalier Duchenne. L’ouvrier se plaignait du dos et souffrait de plusieurs fractures.
Ce samedi, on apprend par un des membres de sa famille que l’ouvrier de chantier est décédé jeudi matin. Il aurait succombé à ses blessures. L’homme, âgé de 50 ans, était originaire de Samer mais habitait le Chemin Vert à Boulogne.
Il était père de six enfants. C’est le premier accident du travail mortel sur ce chantier d’envergure qui a démarré en début d’année.
http://www.lavoixdunord.fr/region/boulogne-sur-mer-l-ouvrier-blesse-mardi-sur-le-chantier-ia31b49030n3478617

Vosges : un trentenaire retrouvé mort à son domicile au centre-ville à Remiremont

La rue Charles-de-Gaulle a été coupée pendant près d’une heure ce vendredi en fin d’après-midi, le temps d’une intervention conjointe de la police et des pompiers. Un trentenaire, présenté comme handicapé, y a été retrouvé inanimé, dans un appartement situé près de l’espace du Volontaire. Cet homme n’avait plus donné de nouvelles à ses proches depuis plus d’une semaine. Inquiets, ces derniers ont contacté le propriétaire du logement qui, avec les secours, n’a pu que constater le décès. Ce malgré plusieurs tentatives pour le réanimer.
Un imposant dispositif a été mis en place pour l’évacuer, provoquant un attroupement de curieux près de la grande échelle et des nombreux véhicules de secours. La rue a été rouverte vers 17 h 30.
http://www.estrepublicain.fr/actualite/2016/04/29/vosges-un-trentenaire-retrouve-mort-a-son-domicile-au-centre-ville-a-remiremont

vendredi 29 avril 2016

Champ-près-Froges : un motard tué dans une collision avec une voiture

Un accident impliquant une voiture et une moto a fait un mort, ce vendredi en début d’après-midi à Champ-près-Froges. La moto circulait sur la D523 quand, pour une raison que les gendarmes en charge de l’enquête vont s’attacher à déterminer, elle est entrée en collision avec une voiture. Malgré l’intervention des secours, le motard, âgé d’une quarantaine d’années, est décédé. Les deux occupants de la voiture, choqués, ont été hospitalisés. La D523 a été coupée dans les deux sens de circulation pour permettre aux secours d’intervenir
http://www.ledauphine.com/isere-sud/2016/04/29/champ-pres-froges-un-motard-tue-dans-une-collision-avec-une-voiture

Suspicion de méningite : un bébé meurt dans les Hautes-Pyrénées

Les proches de l'enfant vont recevoir un traitement antibiotique préventif
Un enfant de moins d'un an est mort jeudi soir "à la suite d'une infection invasive qui correspond aux symptômes habituels d'une méningite à méningocoque", a annoncé vendredi l'Agence régionale de santé (ARS).
Des prélèvements sont actuellement en cours d'analyse pour confirmer le diagnostic. Les résultats seront connus sous quelques jours, a précisé l'Agence dans un communiqué.
La garde de l'enfant était assurée par la crèche municipale "Les crayons de couleur" à Tarbes.

Risque de transmission faible

"En lien avec le médecin traitant et les équipes du Centre hospitalier de Tarbes, les services de l'ARS et de la mairie de Tarbes ont joint tous les sujets contacts dans l'environnement de cet enfant, afin qu'ils reçoivent un traitement antibiotique préventif", indique l'Agence.
Il s'agit des membres de la famille, des personnels et des autres enfants de la crèche ayant eu des contacts étroits, rapprochés et répétés durant les 10 jours qui précédent sa maladie.
"Le germe étant très fragile dans l'environnement, les risques de transmission sont très faibles. Il n'y a pas lieu de procéder à des évictions ou à une désinfection des locaux de la crèche, ni de traiter les personnes ayant eu des contacts occasionnels avec l'enfant", précise l'ARS.
http://www.sudouest.fr/2016/04/29/suspicion-de-meningite-un-bebe-meurt-dans-les-hautes-pyrenees-2345677-4696.php

Pays de Montbéliard : la descente aux enfers d’un père de famille licencié

Quarante-six vols ou tentatives en l’espace de dix mois. Pour bon nombre dans des centres équestres, mais aussi dans des restaurants, locaux associatifs et autres entreprises. Pour l’essentiel dans le pays de Montbéliard, mais aussi du côté de Maîche ou Besançon. Pour chacun d’eux, une constante : des sites visités de nuit, mais surtout vides de tout occupant, souvent équipés de distributeurs de boissons. Et une voiture, en l’espèce une Peugeot 405 de couleur bordeau, qui va mettre les enquêteurs sur une piste qui s’avérera la bonne.
L’histoire de Joël Parmentier tient à une descente vers les abîmes. Et pas sur fond d’alcool. Une spirale que, finalement, seuls les gendarmes ont permis de stopper. À son grand soulagement. « Je suis content que ce soit terminé, j’en avais assez de vivre comme ça ». Car plutôt que demander de l’aide, le quadragénaire a opté pour le côté obscur. « Chaque personne est différente, même s’il existe des services sociaux, personne ne fait la même démarche », rappelle son avocate Me Rota. Laquelle, en ayant procédé au décompte de l’argent dérobé qu’elle estime à 25,86€/j en moyenne sur la période incriminée, entend mettre en lumière une réalité : Joël Parmentier volait pour manger. « Je n’ai jamais fait cela avec plaisir ». Parfois, assure-t-il, il forçait une porte, mais pris de remords, renonçait à poursuivre son larcin. « Moi, je lui demande juste de venir se rendre compte de la façon dont je vis, du travail que j’abats chaque jour », soupire un agriculteur de Maîche, victime de vol. Et, visiblement, touché, comme d’autres par le parcours de Joël Parmentier.

« Je n’ai pas vu d’autres choix »

Rentré chez Peugeot en 1989 comme ouvrier à la chaîne, il est assistant technicien qualité lorsqu’il est licencié en 2011. Le processus de désocialisation s’enclenche alors inexorablement En 2014, parvenu en fin de droits, il est à la rue. Joël Parmentier, divorcé dans des conditions difficiles une décennie plus tôt, n’a plus de famille. Il a bien une fille, laquelle le qualifie de « père exemplaire », mais tente de lui masquer les difficultés auxquelles il fait face. Honteux d’avouer vivre désormais dans sa voiture. Il a bien demandé des places d’hébergement, mais s’est, à chaque fois, confronté à un refus. C’est donc le vol. « Je n’ai pas vu d’autres choix ». Il cible les endroits sur les pages jaunes. Se munit de gants et d’une cagoule. Et fracture les portes à l’aide d’un pied-de-biche ou des tournevis plats que les enquêteurs retrouveront dans son automobile. Mais sa traque ne fut pas aisée. Joël Parmentier changea de voiture déjà. Mais surtout de téléphones à de nombreuses reprises, De sorte à rendre difficile son suivi. « J’utilisais des cartes prépayées, ce qui laissait un délai avant de devoir présenter une carte d’identité que j’avais perdue», bredouille l’intéressé pour balayer toute hypothèse de stratagème volontairement établi. La puce fixée sur son véhicule permet de le «borner» à proximité des lieux d’effraction. L’ancien Peugeot avoue tout, jusqu’à des infractions non portées à la connaissance des gendarmes. A l’exception d’une seule pour laquelle il a été relaxé. Le parquet réclamait 30 mois d’emprisonnement, dont 10 assortis du sursis. Joël Parmentier a été condamné hier à 24 mois, dont la moitié avec sursis. Sans compter l’indemnisation des victimes. Une somme, qui sera pour l’essentiel fixée en juin à l’occasion de l’audience portant sur les intérêts civils. Car de la casse, il y en a eu. Et c’est, du reste, ce que les victimes compatissantes lui reprochent le plus.

http://www.estrepublicain.fr/edition-belfort-hericourt-montbeliard/2016/04/28/pays-de-montbeliard-la-descente-aux-enfers-d-un-pere-de-famille-licencie

jeudi 28 avril 2016

Mère d'Alexia: "Il n'y a aucune excuse. C'est juste monstrueux"

Deux Alpes (Isère) : le skieur qui avait percuté une corde de sécurité est décédé

 il n’avait que 26 ans. Il est décédé , mercredi après-midi, au CHU de Grenoble où il avait été admis, la veille, après avoir percuté, à pleine vitesse, la corde de sécurité venant délimiter la piste du Signal située à 2.800 mètres d’altitude et tracée sur une zone glacière dans les Deux Alpes.

Ce sont les témoins de la scène qui avaient prévenu, mardi, les CRS de montagne de l’Isère. À leur arrivée, le jeune homme se trouvait en arrêt cardio-respiratoire et ses chances de survie étaient selon eux, très minces.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/isere/grenoble/deux-alpes-isere-le-skieur-qui-avait-percute-une-corde-de-securite-est-decede-985398.html

mercredi 27 avril 2016

Pontpoint (Oise) : une personne décède dans un accident de voiture

Un automobiliste d'une vingtaine d'années a été victime d'un accident de la route mercredi matin à Pontpoint dans l'Oise. L'homme est décédé. 
L'accident s'est produit peu avant 6h mercredi matin. Un automobiliste d'une vingtaine d'années a perdu le contrôle de son véhicule à Pontpoint (Oise), au niveau du 515, rue Saint-Pierre.
La voiture a fini sa course dans la devanture d'un magasin désaffecté. A l'arrivée des secours sur le lieu du drame, l'homme était décédé.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie/oise/pontpoint-oise-une-personne-decede-dans-un-accident-de-voiture-984372.html

Nouveau bilan : 2 morts dans un accident sur la RCEA en Auvergne

Deux passagers allemands d'une voiture sont morts dans un accident de la circulation sur la route nationale appelée RCEA ce mercredi matin, près de Moulins d'après les pompiers de l'Allier joints par France Bleu Pays d'Auvergne. Ces deux Allemands ont percuté un poid lourd vers 05h30 à hauteur de Montbeugny. Deux autres camions sont impliqués dans l'accident.
Le choc s'est produit à 700 mètres du lieu de l'accident d'un minibus le 25 mars dernier et qui avait fait 12 morts, tous d'origine portugaise Cette portion de la RCEA dans l'Allier a connu près d'une cinquantaine de morts ces cinq dernières années. Une enquête publique a justement été lancée ce lundi 25 avril pour la mise en 2x2 voies de l'axe.

http://www.franceinfo.fr/fil-info/article/nouveau-bilan-2-morts-dans-un-accident-sur-la-rcea-en-auvergne-785353