dimanche 19 avril 2015

Haute-Avesnes : un jeune automobiliste se tue en percutant un arbre

Un jeune arrageois âgé de 26 ans est mort dans un accident de la route dans la nuit de samedi à dimanche sur la route D939 entre Saint-Pol-sur-Ternoise et Arras.
A bord de sa Golf, il a traversé la chaussée pour une raison indéterminée puis a percuté un arbre et fait plusieurs tonneaux. L'accident mortel s'est produit vers 4h30 du matin. Il roulait en direction d'Arras.
Pompiers et gendarmes ont été mobilisés sur place mais l'homme est décédé dans l'accident

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/2015/04/19/haute-avesnes-un-jeune-automobiliste-se-tue-en-percutant-un-arbre-707891.html

Une voiture tombe dans la Seine

Deux jeunes filles sont mortes samedi soir au Mée-sur-Seine (Seine-et-Marne) lorsque la voiture dans laquelle elles se trouvaient est tombée dans la Seine. Quatre jeunes se trouvaient dans cette voiture vers 21 heures quand, pour une raison encore inconnue, le conducteur, seul impliqué dans l'accident, en a perdu le contrôle, a relaté une source policière.

La voiture est alors tombée dans la Seine. Le conducteur et un autre jeune homme ont réussi à s'en extraire mais deux jeunes filles, âgées de 18 ans, restées bloquées dans l'habitacle, sont vraisemblablement mortes noyées. "Les plongeurs ont retrouvé les deux jeunes filles bloquées avec leurs ceintures de sécurité", a indiqué le maire de cette commune voisine de Melun, Franck Vernin.

Bordée par un pont de chemin de fer, la rue du 8-mai 1945, où s'est produit l'accident, est normalement limitée à 30 km/h, a précisé l'édile.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/04/19/97001-20150419FILWWW00036-seine-et-marne-une-voiture-tombe-dans-la-seine.php

Drame au village : les habitants sous le choc

Un sombre drame a traumatisé le petit village de Montesquieu-Avantès, dans le Couserans. Vendredi, ce qui aurait dû rester dans le huis clos d'une famille installée depuis septembre dans le hameau de Bourch a finalement créé l'émoi au sein de la commune. Dans la matinée de vendredi, le couple se dispute. P.B., le mari, déprimé semble-t-il depuis quelque temps, aurait alors voulu que son épouse monte à l'étage. Effrayée, elle se réfugie chez ses voisins. Elle est recueillie par le couple et ses deux enfants. «Ils nous ont appelés à la mairie, se souvient Jocelyne Fert, maire de la commune. Le temps que j'arrive sur place, les pompiers et les gendarmes étaient prévenus». L'épouse leur a confié que son mari, retranché dans sa maison, était armé d'une carabine Winchester. Il est 10 h 30. Aussitôt, un important dispositif de sécurité est déployé dans le hameau, principe de précaution oblige. Plusieurs compagnies de gendarmerie sont mobilisées, un négociateur basé à Saverdun est dépêché sur les lieux et le peloton d'intervention interrégional de gendarmerie (pi2g) de Toulouse est appelé en renfort. L'homme est décrit comme pacifiste, gentil et non-violent. Mais compte tenu des informations qu'ils ont en leur possession, les gendarmes ne veulent prendre aucun risque. «Ils nous ont demandé de rester enfermés chez nous. C'était une atmosphère de guerre», poursuit Jocelyne Fert. Claude Couzinet, conseiller municipal et proche voisin de la maison où a eu lieu le drame, raconte : «Le déploiement de force était impressionnant, mon garage était rempli par le matériel du pi2g, on ne pouvait pas circuler. Je n'ai pas pu aller soigner mes vaches car j'aurais pu être en ligne de mire».
Pendant plusieurs heures, le négociateur tente de contacter l'homme désespéré. En vain. Les forces de l'ordre entrent finalement dans le domicile vers 16 heures. «On ne savait pas si l'homme était dangereux, bien qu'il ne soit pas connu des services de police», détaille Karline Bouisset, procureur à Foix. Quand les gendarmes sont entrés, l'homme avait mis fin à ses jours. Hier, l'émoi dans le village était encore important.

http://www.ladepeche.fr/article/2015/04/19/2090124-les-forces-speciales-au-village-les-habitants-sous-le-choc.html

samedi 18 avril 2015

Gard: un 3e mort dans l'explosion de l'immeuble

Le bilan s'est alourdi à trois morts aujourd'hui après l'explosion survenue jeudi dans un immeuble à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard.

Aux alentours de 15 heures, le corps d'un sexagénaire, recherché depuis que l'explosion avait eu lieu, a été retrouvé. Deux personnes avaient déjà été trouvées mortes après la déflagration.

L'explosion, qui s'est produite jeudi vers 9h30 et dont les causes exactes ne sont pas encore connues, a touché six des 12 appartements de l'immeuble de trois étages. Elle a entraîné l'effondrement du dernier étage.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/04/18/97001-20150418FILWWW00131-gard-3-morts-dans-l-explosion-de-l-immeuble.php

Meurtre de Chloé : Miss France a participé à la marche blanche ce samedi

Le meurtre de Chloé a bouleversé la France entière. Après une première marche blanche organisée jeudi, une deuxième a lieu ce samedi. Une manifestation de recueillement à laquelle a participé Miss France 2015.

2500 personnes réunies ce samedi

Originaire de Coulogne, une commune située à cinq kilomètres de Calais où a eu lieu le drame, Camille Cerf a tenu à manifester son soutien à la famille de la fillette de neuf ans. Le cortège de 2500 personnes s'est rendu jusqu'à l'aire de jeux où Chloé a été enlevée mercredi.

http://www.20minutes.fr/lille/1589999-20150418-meurtre-chloe-miss-france-participe-marche-blanche-samedi

A Avoriaz, un père tué et son fils gravement blessé lors d'un accident de motoneige

Mercredi 15 avril à Avoriaz, un accident de scooter des neiges a coûté la vie à un homme et grièvement blessé son fils. Le drame s'est déroulé lors d'une sortie nocturne encadrée
Mercredi soir, un homme de 76 ans et son fils de 47 ans ont pris place sur une motoneige dans le cadre d'un circuit fermé exploité par un privé depuis une petite dizaine d'année. Le père conduisait. Pour une raison encore indéterminée, l'engin a percuté un arbre de plein fouet. 
Défaillance humaine ou mécanique ? Il est encore trop tôt pour le dire mais en tous cas cet accident ne remet pas en cause un circuit et un encadrement qui semble bien rôdé.
La conduite d'une motoneige n'est jamais anodine. Son utilisation est strictement réservé aux professionnels des pistes et des secours et sur dérogation, à des privés comme c'était le cas sur cette piste d'Avoriaz.
Chaque année, on dénombre plusieurs accidents dans les Alpes.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2015/04/17/avoriaz-un-pere-tue-et-son-fils-gravement-blesse-lors-d-un-accident-de-motoneige-707253.html

Millau : un corps retrouvé au pied de la tour des pompiers

U n homme, âgé d'une vingtaine d'années, a été découvert mort ce vendredi 17 avril, vers 5 h du matin, en bas de l'immeuble Altitude 400, dit aussi "tour des pompiers", rue Lucien-Costes, à Millau (Aveyron). Une enquête est en cours.
Les sapeurs-pompiers millavois sont intervenus dans la nuit du jeudi 16 à ce vendredi 17 avril, vers 5 h du matin, rue Lucien-Costes, à deux pas du centre de secours principal, après que le corps sans vie d'un homme d'une vingtaine d'années a été découvert au pied de l'immeuble Altitude 400.
Une "chute de grande hauteur"
Selon les premières constatations, la victime serait morte sur le coup suite à une "chute de grande hauteur", en tout cas de plusieurs dizaines de mètres. "Vraisemblablement, il se trouvait entre le 6e et le 10e étage lorsqu'il est tombé", précise le commandant des pompiers William Buchet.
La police a ouvert une enquête pour déterminer les causes du décès. Selon nos informations, l'homme résidait dans l'immeuble.
http://www.midilibre.fr/2015/04/17/millau-un-corps-retrouve-au-pied-de-la-tour-des-pompiers,1151389.php

vendredi 17 avril 2015

Dordogne : un élagueur meurt sur un chantier

Un agent d'entretien d'espace rural de 49 ans est décédé jeudi matin, victime de la chute d'un arbre à Beaumont-du-Périgord, en Dordogne. Henri Lambert effectuait des travaux au bord d'un ruisseau, au lieu-dit Malpas.
Publicité
Selon les premiers éléments de l'enquête, ce dramatique accident s'est produit alors qu'il tronçonnait un peuplier mort. Celui-ci a commencé à bouger. Le quadragénaire se serait écarté, mais, l'arbre ne tombant pas, il s'en serait de nouveau approché pour donner un dernier coup de tronçonneuse. C'est à ce moment que l'arbre est finalement tombé, touchant l'élagueur à la tête. Il est mort sur place, malgré l'intervention des secours.

Un technicien aguerri

Marié et père de deux filles, Henri Lambert était natif de Brive (17) et vivait à Bouillac, près du Buisson-de-Cadouin. Il intervenait pour le compte du Groupement d'intérêt agro-sylvo-cynégétique (Giasc) du Pays lindois, implanté à Mauzac-et-Grand-Castang. Il y travaillait depuis neuf ans.
Comme il est d'usage dans ce genre d'enquête, plusieurs prélèvements ont été effectués. L'inspection du travail s'est également rendue sur les lieux. Un suivi psychologique a été proposé aux quatre collègues qui intervenaient avec la victime sur ce chantier. Ils étaient accueillis jeudi après-midi au centre hospitalier de Bergerac.
À Beaumont-du-Périgord, le chantier est suspendu jusqu'à nouvel ordre
http://www.sudouest.fr/2015/04/17/un-elagueur-meurt-sur-un-chantier-1894438-1745.php

Saint-Souplet : Sloan, mort noyé à 3 ans, première victime de la Selle

Mercredi soir, Sloan, un garçon de 3 ans habitant Saint-Souplet, a été retrouvé inanimé dans la Selle. Il est décédé au centre hospitalier du Cateau-Cambrésis. L’enquête est en cours et la thèse de l’accident est pour l’instant privilégiée. Il s’agit dès lors, du premier drame du genre, depuis des décénnies, à Saint-Souplet
Une rivière trop familière
« Combien de fois je dis aux petits de ne pas jouer près de chez moi ! Ici, la profondeur de la rivière avoisine le mètre cinquante… » Cet habitant du quartier du Nouveau-Monde à Saint-Souplet, soulignait ce mercredi soir, tout le bien fondé de ses mises en garde. On le renvoyait tantôt dans ses retranchements : on salue aujourd’hui sa clairvoyance. La mort tragique de Sloan rappelle à présent que le cours d’eau traversant Saint-Souplet, la Selle, n’est pas aussi anodin qu’il y paraît.
L’enfant y a été retrouvé inanimé, mercredi vers 20 heures, par un passant. Et les massages cardiaques prodigués par les secours n’y ont rien fait. Sloan, 3 ans, est décédé un peu plus tard, lors de son transport à l’hôpital. « Ce drame va peut-être avoir un impact. Les parents et enfants prendront peut-être davantage de précautions en s’approchant du cours d’eau. Mais cela ne durera quelques temps », analyse Henri Quoniou.
C’est que depuis longtemps, les habitants se sont habitués à la présence de cette rivière ; dont la familiarité a fini par masquer les dangers. « C’est une rivière tranquille, il y a peu de courant et peu de profondeur, indique Henri Quoniou. Il y a toujours eu des enfants au bord de la rivière… » De quoi balayer les remarques des donneurs de leçon, considérant qu’il s’agit là d’un «manque d’attention » de la part de la famille. D’autant plus que « les parents sont des gens attentionnés avec leurs quatre enfants, insiste le maire. Mais vous savez comment ça se passe. On ne les quitte pas des yeux, jusqu’à ce que l’on détourne notre attention quelques instants, et ça suffit… »

Le village sous le choc

La commune de Saint-Souplet, 1200 habitants en moyenne, est profondément choqué par le drame survenu mercredi soir. « C’est un petit village. Tout le monde se connaît et est plus ou moins de la même famille », relate le maire.Les enfants seraient particulièrement émus. Sloan était en effet scolarisé en école maternelle, mais les amis de ses trois autres frères plus âgés, en âge de comprendre, seraient particulièrement touchés. « Ce jeudi, des psychologues et une infirmière du collège du Cateau sont venus. Les psychologues accueillent les enfants qui ont besoin de parler ». Et chez les élèves les plus grands, fréquentant les frères de Sloan et en âge de comprendre, les besoins seraient grands.

Les premiers éléments de l’enquête

Sloan était en compagnie de ses trois frères chez son oncle et sa tante. Il semblerait que ses parents étaient également présents. C’est alors qu’il aurait échappé à la vigilance des siens. Lesquels auraient entrepris des recherches avant d’appeler, inquiets, les gendarmes. Il était aux environs de 19 h 30 lorsque l’alerte a été donnée et la disparition considérée comme inquiétante. Les gendarmes ont engagé d’importants moyens (hélicoptère, équipe cynophile) pour détecter l’enfant. Vers 20 heures, l’enfant a été retrouvé, inanimé, dans la rivière, par des gens ayant participé aux recherches. Ce jeudi matin, les parents de la victime auraient semble-t-il été auditionnés par les militaires. L’enquête se poursuit. Une autopsie devrait être programmée afin d’établir avec certitude la cause du décès.
http://www.lavoixdunord.fr/region/saint-souplet-sloan-mort-noye-a-3-ans-premiere-ia13b0n2775533

Besançon : drame à huis clos aux Clairs-Soleils

Selon ses amis, il était un colosse aux pieds d’argile. Mohammed Djidal, 39 ans, a été retrouvé mortellement blessé à l’arme blanche, dans l’appartement de sa mère, jeudi, vers 12 h 30, au rez-de-chaussée du 76B rue de Chalezeule, dans le quartier des Clairs-Soleils, à Besançon.
C’est son frère qui a fait la macabre découverte. En arrivant, il a trouvé la porte fermée, verrou tiré de l’intérieur et un meuble poussé contre. Leur mère, âgée de 70 ans, et atteinte de la maladie d’Alzheimer, était également blessée, des coupures notamment au dos. Elle a été rapidement prise en charge par les sapeurs-pompiers et le SAMU, tandis que les enquêteurs de la sûreté entamaient leurs constatations.

« En grande souffrance »

Très rapidement, la thèse d’un possible suicide s’est fait jour. Non confirmée par la police qui gardait hier soir à juste titre toutes les hypothèses ouvertes. Mais pour ceux qui l’entouraient depuis des mois et des mois, c’est bien à un accès de démence que l’homme a succombé. « Il était en très grande souffrance », lâche Areski Mebarek, bien connu du monde associatif bisontin. « Je l’avais vu encore hier pour le soutenir. » Le quartier est sous le choc de la nouvelle. « C’était un mec comme ça, une force de la nature, un bosseur… » Plaquiste de métier, Mohammed Djidal avait ouvert un snack à proximité du foyer des Oiseaux, rue des Cras. « Il avait fait quelque chose de magnifique mais en pleine période des travaux du tramway, ça n’a pas tenu. »
Pour Boumedienne, un ami d’enfance, Mohammed Djidal avait trébuché sur trop d’embûches dans sa vie. « Depuis quelque temps, il ruminait beaucoup. Et puis, coup sur coup, il y a eu le décès de son père, la maladie de sa mère, un divorce et l’éloignement de ses trois enfants, âgés de 3 à 12 ans, qui ont suivi leur maman à Lille. »
« C’était pourtant un fort caractère mais il était l’aîné et devait faire face à beaucoup trop de choses car son frère aussi était malade », ajoute Areski Mebarek. « On n’a pas été assez à ses côtés », se mortifie Boumedienne. « Mais on a nos vies. Il aurait fallu être avec lui 24 heures sur 24. Il n’osait pas nous déranger quand il allait mal… »

Ses amis mortifiés

Ses amis sont unanimes : « Il était toujours là pour aider tout le monde. On l’appelait et il n’y avait pas d’heure qui tienne. Il pouvait aller au feu pour les autres ». Si chacun s’inquiétait de l’état de dépression dans lequel se trouvait plongé Mohammed Djidal, aucun n’envisageait cette issue tragique. « Il n’avait jamais évoqué l’idée même du suicide. J’espère qu’il trouvera la paix et sera accepté dans sa dimension d’homme. »

http://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2015/04/16/besancon-drame-a-huis-clos-aux-clairs-soleils

jeudi 16 avril 2015

Marche blanche à Calais en hommage à Chloé, la fillette de 9 ans enlevée et assassinée mercredi

Un homme de 60 ans décède dans un accident de scooter des neiges à Avoriaz (Haute-Savoie)

Mercredi 15 avril, un homme d'une soixantaine d'années est mort lors d'un accident de motoneige survenu dans le secteur de la commune d'Avoriaz en Haute-Savoie. Son fils, qui se trouvait également sur le scooter a été grièvement blessé.  
Selon les premiers éléments de l'enquête, alors qu'ils se baladaient en scooter des neiges, un homme et son fils, en vacances dans la station, ont mal négocié un virage. Ils ont alors perdu le contrôle de leur véhicule avant de percuter de plein fouet un sapin.
Lors de l'arrivée des secours, le conducteur âgé de 60 ans ne présentait aucun signe de vie. Il se trouvait en arrêt cardio-respiratoire. Après tentative de réanimation, il a été déclaré décédé par les secours.
Quant à son fils, grièvement blessé, il a dû être héliporté vers l'hôpital de Thonon. Une enquête de gendarmerie est en cours pour tenter de comprendre les circonstances exactes de ce drame. 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2015/04/16/un-homme-de-60-ans-decede-dans-un-accident-de-scooter-des-neiges-avoriaz-haute-savoie-705669.html

Gard : deux morts et deux blessés graves dans l'explosion d'un immeuble

Une violente explosion survenue dans un immeuble du quartier des Mourguettes, à Pont-Saint-Esprit (Gard), a provoqué jeudi matin la mort de deux personnes et fait deux blessés graves, selon France 3 Languedoc-Roussillon

Selon le Midi Libre, une partie de l'immeuble de quatre étages s'est effondrée après l'explosion, qui s'est produite à 9 h 55 dans un immeuble de la rue du docteur Hahnemann. Il s'agirait d'une violente explosion au gaz selon les premiers éléments de l'enquête, rapporte France 3 Languedoc-Roussillon.
Une quarantaine de pompiers et deux équipes cynophiles étaient mobilisés pour tenter de porter secours à d'éventuelles personnes encore ensevelies sous les décombres. Un périmètre de sécurisation a été mis en place autour de l'immeuble.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/gard-deux-morts-et-deux-blesses-graves-dans-l-explosion-d-un-immeuble-16-04-2015-4698345.php

Suisse: décès d'un skieur français

Un skieur français de 41 ans est décédé hier alors qu'il effectuait du hors-piste dans la station de montagne des Diablerets en Suisse.

Son identification formelle doit encore être établie. Selon la police du canton de Vaud, ce Français est domicilié dans la région de Montreux en Suisse.

En fin de journée, le skieur est sorti du domaine skiable du glacier des Diablerets pour redescendre sur le col du Pillon. Il "skiait en direction du lieu-dit 'Pierre Meule' lorsqu'il a chuté d'environ 300 mètres en contre-bas de deux barres rocheuses", a expliqué la police. Les sauveteurs n'ont pu que constater son décès.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/04/16/97001-20150416FILWWW00166-suisse-deces-d-un-skieur-francais.php

Le Kremlin-Bicêtre : un mort dans l'incendie d'un appartement

Un incendie qui s'est déclaré dans la nuit de mercredi à jeudi, aux alentours de 4 heures, dans un appartement situé au 88 Avenue de Fontainebleau, au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), a provoqué la mort d'une personne.
L'origine du sinistre, rapidement maîtrisé par les sapeurs-pompiers, reste indéterminée.

L'incendie s'est déclaré dans un appartement situé au 4e étage d'un immeuble de huit étages. «Une dizaine d'engins et une quarantaine d'hommes sont intervenus dès 4 h 12 pour venir à bout des flammes», explique le commandant Gabriel Plus, responsable des sapeurs-pompiers de
Paris. Lors de leur intervention, les sapeurs-pompiers ont malheureusement découvert dans l'appartement le corps carbonisé d'une victime. Vers 6 h 30, l'incendie était sous contrôle, selon les pompiers.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-kremlin-bicetre-un-mort-dans-l-incendie-d-un-appartement-16-04-2015-4697617.php