dimanche 19 octobre 2014

Mas-Saintes-Puelles : accident mortel pour un motard haut-garonnais de 20 ans

La journée de samedi aura donc été doublement endeuillée sur les routes audoises. A 15 h, c'est à Lasbordes, sur le pont du Fresquel, qu'un adolescent de Peixiora était la victime d'une collision avec une voiture circulant en sens inverse. Agé de 14 ans, le jeune garçon qui circulait sur une moto de petite cylindrée n'avait pas survécu au choc.
Trois heures plus tard, peu avant 18 h, c'est cette fois sur la commune du Mas-Saintes-Puelles qu'un autre motard a été victime d'un accident fatal. Seul en cause, le pilote de l'engin a perdu le contrôle de sa moto sur l'avenue de la Ganguise. Alertés, les pompiers de Castelnaudary accompagnés du service médical d'urgence et de réanimation (Smur) ont pris en charge le jeune homme originaire de Haute-Garonne, domicilié à Saint-Jean.
Malgré les tentatives de réanimation, et alors que l'hélicoptère du Samu avait été sollicité pour évacuer la victime de 20 ans sur un établissement toulousain, les secours n'ont pu que constater son décès. Un nouvel accident mortel qui porte à 29 le nombre de victimes sur les routes audoises au 18 octobre.
http://www.lindependant.fr/faits-divers/

La retraitée morte avec un sac plastique sur la tête s’est suicidée

VILLERS-ALLERAND (51). Fin août, une pensionnaire de la maison de retraite de Villers-Allerand était retrouvée morte avec un sac plastique sur la tête. Le suicide est confirmé.
Il s’agissait bien d’un suicide. La retraitée de 92 ans retrouvée morte dans son lit avec un sac plastique sur la tête, le 30 août à la résidence pour personnes âgées de Villers-Allerand (L’union du 31 août), n’a pas été tuée mais a mis fin à ses jours. Les gendarmes en étaient quasiment certains après leurs constatations effectuées le jour même dans la chambre. Les examens complémentaires désormais connus le confirment définitivement.
La vieille dame occupait l’une des 120 chambres de la résidence Orpéa du hameau de Montchenot, au quatrième étage. Le 30 août, venue la réveiller vers 9 heures, une employée la retrouvait inanimée, la tête entièrement enveloppée d’un sac plastique. Les secours ne pouvaient que constater son décès provoqué par asphyxie.
Le sac provenait de la poubelle de la salle de bains. Aucune blessure n’était visible sur le corps, aucune trace de lutte ni désordre constaté dans la chambre, aucun bruit perçu par le voisinage, aucune effraction relevée sur le bâtiment (si les chambres ne sont pas fermées par mesure de sécurité, l’accès à la résidence, lui, est verrouillé la nuit).
La retraitée n’était pas malade. En revanche, des problèmes personnels pourraient avoir déclenché le passage à l’acte. Se donner la mort par asphyxie avec un sac plastique peut paraître inconcevable, mais de tels suicides, même s’ils demeurent rarissimes, ont déjà été rapportés, notamment chez des personnes âgées.
http://www.lunion.presse.fr/region/la-retraitee-morte-avec-un-sac-plastique-sur-la-tete-ia3b24n425310

La Bâtie-Montgascon : à 17 ans, il se tue au volant

Un dramatique accident a eu lieu très tôt ce matin à 4 heures 45 dans la traversée de La Bâtie-Montgascon. Dans une intersection, un conducteur a perdu le contrôle de son Renault Scénic qui est venu s'encastrer très violemment dans un mur. Rapidement alertés, les sapeurs-pompiers et le Smur sont intervenus pour désincarcérer le jeune homme. Malgré tous les efforts des secours, il n'a pu être ramené à la vie. Le conducteur n'avait que 17 ans. Une enquête de gendarmerie a été ouverte.
http://www.ledauphine.com/isere-nord/2014/10/19/la-batie-montgascon-a-17-ans-il-se-tue-au-volant

Marche blanche à Morteau : une foule de silences pour Popeye

Sans un mot, plein de tristesse et de dignité, de très nombreux habitants du Val de Morteau sont venus rendre hommage à Fabrice Thiébaud.
Hier, ils étaient 1.500 (800 selon la gendarmerie, plus de 2.000 pour les organisateurs) à avoir voulu participer à cette marche blanche, pacifique, partie de la place de la mairie à 14 h 30. Pendant de longues minutes, le cortège silencieux a sillonné les rues de Morteau. Des roses blanches, des ballons et des photographies rappelaient la mémoire de celui qui a perdu la vie, vendredi 10 octobre vers minuit rue de la gare, après une altercation. Celui que tous ses nombreux amis appelaient Popeye, avait 46 ans.
Les organisateurs avaient souhaité placer cet hommage sous le signe d’un cri poussé contre « la montée en puissance des violences gratuites », mais de manière pacifique. Les proches, les élus et les anonymes, souvent habillés de blanc, ont respecté ce choix dans un silence assourdissant et un recueillement digne avant de déposer une gerbe, à proximité du lieu du lieu où Fabrice Thiébaud est décédé. « Les gens étaient désireux d’exprimer toute leur tristesse, leur soutien et leur amitié, dans le refus de la violence à l’origine de ce décès », estimait hier Annie Genevard, députée-maire de Morteau.
De mémoire d’habitants, Morteau n’avait jamais connu de marche blanche à la suite d’un tel drame.
Dans cette affaire, un homme d’une vingtaine d’années, rapidement identifié par les gendarmes, a été mis en examen pour coup mortel et placé sous contrôle judiciaire.

http://www.estrepublicain.fr/faits-divers/2014/10/18/une-foule-de-silences-pour-popeye

samedi 18 octobre 2014

Besançon : un homme tue son ex-compagne avant de se rendre à la police

La police a découvert samedi à Besançon le corps sans vie d’une femme poignardée à son domicile, après que son ex-compagnon est venu s’accuser du meurtre au commissariat de la ville
L’homme de 47 ans s’est présenté dans la matinée à la police pour s’accuser de ce meurtre, vraisemblablement commis pendant la nuit dans le pavillon où habitait cette femme de 46 ans.

Le quadragénaire, qui semble avoir des «problèmes psychiatriques» selon la police, et la victime étaient séparés après avoir eu ensemble trois enfants. Leurs deux filles mineures se trouvaient au domicile du père pendant la nuit des faits.

Il est kinésithérapeute et elle était directrice de crèche, a par ailleurs précisé une source proche de l’enquête.
Les policiers ont trouvé la victime, dont le corps portait les traces de multiples coups de couteau, dans une chambre de son pavillon. Une autopsie sera ordonnée en début de semaine prochaine.

Le suspect, qui devait être examiné par un médecin, n’a fourni aucune explication lors de ses premiers échanges avec la police.
Un homme de 50 ans s’était déjà rendu au commissariat de Besançon au début du mois en s’accusant d’avoir mortellement poignardé sa compagne, dont le corps sans vie avait été découvert dans la foulée à son domicile.

http://www.leprogres.fr/actualite/2014/10/18/un-homme-tue-son-ex-compagne-avant-de-se-rendre-a-la-police

Dordogne : un homme de 68 ans meurt brûlé dans l'incendie de sa grange

Vendredi soir dans la commune de Saint-Germain-du-Salembre, un homme de 68 ans a perdu la vie dans l'incendie de sa grange. Le sinistre s'est déclaré vers 20h30 au lieu-dit La Jaumarie. La victime réalisait des travaux de réfection lorsque, pour une raison indéterminée, un groupe électrogène a mis le feu au bâtiment. Le sexagénaire s'est retrouvé prisonnier des flammes malgré l'intervention de son fils qui a donné l'alerte. L'intervention des pompiers n'a pas suffi à contenir les flammes : le bâtiment a été entièrement détruit. Les secours ont retrouvé le corps de la victime au milieu des décombres.
http://www.sudouest.fr/2014/10/18/dordogne-un-homme-de-68-ans-meurt-brule-dans-l-incendie-de-sa-grange-1708875-7.php

Ain. Saint-Denis-en-Bugey: un garçon de 15 ans percuté par un train

L’accident s’est produit peu avant 17h30, au passage à niveau limitrophe entre les communes d’Ambérieu et Saint-Denis-en-Bugey. Un jeune garçon âgé de 15 ans a été percuté par un train. Il est toujours médicalisé sur place par les services du SMUR. Son pronostic vital est extrêmement engagé.
Il devrait être transporté par l’hélicoptère de la sécurité civile vers un hôpital lyonnais. Les gendarmes procèdent sur place aux constatations. Selon les premiers témoignages, le jeune homme se serait engagé sur les voies alors que les barrières s’étaient baissées pour laisser passer deux trains. Il aurait laissé passer le premier, puis se serait avancé sans voir arriver le second.
Il s’agit d’un garçon domicilié dans le secteur de Trévoux, ayant de la famille à Ambérieu.
Le trafic a été interrompu dans les deux sens sur la ligne Lyon-Genève. Grosse perturbation en cascade sur l’ensemble du réseau.


http://www.leprogres.fr/ain/2014/10/17/saint-denis-les-bourg-un-garcon-de-15-ans-percute-par-un-train

Un enfant de 12 ans tué dans une course-poursuite

Vendredi soir peu après 21 heures, une course improvisée entre une BMW et une Subaru a connu une fin dramatique, raconte Le Parisien. Dans un rond-point à Servon (Seine-et-Marne), le conducteur de la voiture de marque japonaise, âgé de 20 ans, a perdu le contrôle. Le véhicule a percuté un arbre à très grande vitesse. Un passager de 12 ans a été tué sur le coup. Quatre autres occupants de la voiture ont été grièvement blessés. Le conducteur de la BMW, un homme de 28 ans, a été placé en garde à vue.

http://www.ledauphine.com/france-monde/2014/10/18/un-enfant-de-12-ans-tue-dans-une-cours-poursuite

vendredi 17 octobre 2014

L’huissier vient lui signifier son expulsion, le locataire, endetté et à bout, sort une arme

« Si vous approchez, je vous braque ou je me mets une balle en pleine tête. » Le locataire du 27, rue du Grand-Véon, à Troyes, n’entendait pas, hier matin, se faire expulser de son domicile pour lequel il ne s’acquittait plus des loyers.9 h 15. Hier matin. Mû par une décision de justice irrévocable, l’huissier, accompagné d’un fonctionnaire de la préfecture, se présente donc au 27, rue du Grand-Véon. Seul à son domicile, en l’absence de sa femme et de ses trois enfants, le locataire n’entend pas se faire expulser.
« Il souhaitait qu’on diffère l’expulsion », expliquera plus tard Rémi Conesa, directeur départemental de la sécurité publique (DDSP). Refusant donc la sentence, l’homme sort une arme, un Beretta 9 mm.
À cet instant, personne ne sait qu’elle n’est qu’une réplique. Calme, l’homme ne met toutefois personne en joue et conserve l’arme le long du corps. « Il n’a jamais été menaçant », insiste le patron des policiers.
Par mesure de sécurité, le quartier est rapidement bouclé avant l’arrivée sur place de Rémi Conesa. Pendant une heure et demie, les deux hommes échangeront. D’abord de vive voix, l’homme étant dans son jardin et le DDSP derrière le portail, puis par téléphone, les bruits d’un chantier, en face, perturbant le bon déroulement des négociations. D’abord récalcitrant et refusant de se rendre, l’homme, âgé d’une trentaine d’années, s’est finalement décidé à quitter son domicile vers 11 h. « Sans rébellion, de lui-même », notera le « négociateur ». Après son départ, son épouse a réintégré le domicile et a empaqueté tout le nécessaire. Pendant ce temps, il était conduit au poste où l’un des membres de sa famille devait venir le chercher. « Un acte de désespoir », conclura Rémi Conesa.

http://www.lest-eclair.fr/faits-divers-justice/l-huissier-vient-lui-signifier-son-expulsion-le-ia0b0n293647

Accident de la route à Brandivy : un mort et trois blessés

Un accident a eu lieu à Brandivy (56) tôt ce matin. Un fourgon et un autre véhicule sont entrés en collision. Il y a un mort et trois blessés. 
Un accident de la route a tué une personne et blessé 3 autres ce matin, à Brandivy (56). Vers 7h, un fourgon et une voiture sont entrés en collision, au lieu dit Kernabessec. A bord de la voiture, une personne décédée, un blessé grave et un blessé léger. Le conducteur du fourgon est légèrement blessé.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/2014/10/17/accident-de-la-route-brandivy-un-mort-et-trois-blesses-573148.html

Suicide à La Rochelle : "un drame indissociable du problème du mal logement

A la suite de la demande de l'association Droit au logement (DAL) de La Rochelle, Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de la fédération nationale du DAL est venu, ce jeudi, à La Rochelle. Une visite qui intervient après le suicide, mardi à La Rochelle, de Gilles Le Grel, âgé de 64 ans, qui était sous le coup d'une menace d'expulsion. Le DAL avait appelé à un rassemblement à 14 heures, devant le domicile du sexagénaire 8, rue Amelot.
Devant la presse, Jean-Baptiste Eyraud a considéré que ce drame est indissociable du problème du mal logement en France et de la pression sur les locataires les plus fragiles économiquement. Il a dénoncé les "bailleurs indélicats qui louent des logement indécents ou insalubres et n'hésitent pas à engager des procédures d'expulsion plutôt que d'effectuer les travaux qui leur incombent. Certains se permettent encore, en violation de la loi, de procéder eux-mêmes à des expulsions."
Le porte-parole du DAL demande un moratoire des expulsions, un encadrement des loyers et des dispositions contre les logements indignes et indécents ainsi que le respect des dispositions législatives sur la question du logement.
Pour le DAL,"le rapport de forces est en faveur des bailleurs. L'Etat doit rééquilibrer la situation" et utiliser aussi le moyen de la réquisition.
http://www.sudouest.fr/charente-maritime/la-rochelle/

jeudi 16 octobre 2014

Un plongeur d'une cinquantaine d'années meurt au large de l'île de Riou à Marseille

Le corps d'un homme d'une cinquantaine d'années a été repêché par les marins-pompiers au large de l'île du Riou à Marseille. L'homme avait été déclaré disparu par ses proches vers 23h30 mercredi. Il était parti plonger seul dans la matinée. Son semi-rigide avait été retrouvé vide au mouillage.
Le Cross Med a été alerté mercredi vers 23h30 de la disparition d’un plongeur en bouteille. Un homme d'une cinquantaine d'années parti seul en fin de matinée dans le secteur de l’île du Riou (Bouches-du-Rhône). 

Le corps retrouvé à 9 m de profondeur

L’hélicoptère Dauphin de la marine nationale et deux bateaux de la SNSM et des marins pompiers sont immédiatement dépêchés sur la zone. Le semi-rigide du plongeur est alors retrouvé vide au mouillage à proximité du site de plongée des « Moyades ». Les marins pompiers déploient alors deux palanquées de plongeurs autour du lieu probable de plongée. Ils vont retrouver le corps de l’homme d’une cinquantaine d’années à 1h45, à 9 mètres de profondeur.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes/2014/10/16/un-plongeur-d-une-cinquantaine-d-annees-meurt-au-large-de-l-ile-de-riou-marseille-572394.html

Une infirmière italienne soupçonnée d'avoir assassiné 38 patients

L'ange de la mort». C'est ainsi que la presse italienne surnomme Daniela Poggiali, infirmière de 42 ans soupçonnée d'avoir tué 38 patients âgés de l'hôpital de Lugo, à Ravenne, dans le nord de l'Italie.
Arrêtée vendredi dernier, elle est accusée d'homicide volontaire aggravé sur Rosa Calderoni, une patiente à qui elle aurait administré une dose mortelle de chlorure de potassium. Un poison qui devient indétectable au bout de quelques jours, mais qu'on a retrouvé en doses massives dans les globes oculaires de la victime juste après son décès.
Mais cette patiente pourrait bien ne pas être sa seule victime. Depuis quelques mois, les morts inexplicables se multipliaient au sein de l'établissement. Selon le procureur de Ravenne, «il y a eu 38 décès suspects dont une dizaine très suspects». En regardant avec attention l'emploi du temps du personnel, les enquêteurs se sont aperçus qu'ils coïncidaient avec les horaires de travail de Daniela. Mais le caractère indétectable du poison ralentit l'enquête.
Une autre infimière de l'hôpital témoigne ainsi dans Le Corriere della sera , à propos d'un patient mort brutalement: «Aux alentours de 15h, une heure après qu'elle ait pris son service, il est mort. J'étais abasourdie et je me suis dit «c'est reparti». J'en ai parlé à un collègue. Nous nous demandions comment ces décès pouvaient être si fréquents, sans que personne ne puisse rien faire».
D'après ses collègues, Daniela se débrouillait toujours pour travailler de nuit, gavant ses patients de sédatifs pour accomplir sa garde tranquillement. Elle aurait déclaré à propos d'un patient mal en point: «Son cas pourrait se résoudre avec deux fioles de potassium».

Elle prenait des selfies avec les cadavres

Dans le journal local Il resto del carlino , elle est décrite par le juge d'instruction comme ayant «un amour viscéral pour tous les animaux, une grande affection pour les petits enfants et des attentions pour ses voisins» mais aussi «un désir d'auto-satisfaction et d'oppression envers les plus faibles». «On sent qu'elle serait capable de tuer à tout moment, afin d'assouvir son désir d'affirmation», affirme le juge d'instruction.
Le Corriere delle Sera la dépeint comme «organisée, lucide, infatigable», mais aussi «cynique et vindicative». Lorsqu'on vient l'arrêter, elle s'apprêtait à partir pour l'Oktorberfest de Munich. Elle était alors «souriante et détendue» . Depuis, elle clame son innocence.
Pourtant, dans son portable, on trouve des clichés qui ne plaident pas en sa faveur. Un selfie d'elle, les pouces en l'air, à côté du cadavre d'une vieille dame récemment décédée, un autre la bouche ouverte, imitant la morte, accompagné de ce commentaire glaçant: «brr, la vie et la mort».
http://www.lefigaro.fr/international/2014/10/16/01003-20141016ARTFIG00144-une-infirmiere-italienne-soupconnee-d-avoir-assassine-38-patients.php

mercredi 15 octobre 2014

Pommérieux (57) : un homme de 50 ans trouve la mort dans un accident

Un homme a perdu la vie, cette nuit vers 2h30 dans le secteur de Pommérieux en Moselle. Le véhicule a fait une sortie de route.
Cependant, les circonstances exactes de l’accident restent encore floues. L’homme était seul à bord de son véhicule.
Lorsque les secours sont arrivés sur place, le conducteur était coincé dans sa voiture, encore vivant. Malheureusement, les médecins n’ont pas eu le temps de lui prodiguer les premiers soins, l’homme est décédé pendant la manœuvre de désincarcération, vers 4h30.

http://tout-metz.com/

Un chasseur de 25 ans meurt dans un accident de chasse

Un jeune chasseur de 25 ans est mort mercredi après avoir été touché à la tête, dans un accident de chasse à Blairville (Pas-de-Calais).
La victime, alors qu’elle récupérait un gibier que lui rapportait le chien d’un autre chasseur, s’est penchée en avant, en posant la crosse de son fusil au sol, selon la gendarmerie.
«Pour une raison qui reste encore à déterminer, un mouvement intempestif du chien a provoqué le tir du fusil tenu par le jeune chasseur», qui a alors reçu un projectile et a été «touché mortellement à la tête», a ajouté la gendarmerie.
Le groupe de chasseurs se trouvait dans un champ de maïs de Blairville, petite commune au sud d’Arras.
La gendarmerie d’Arras a été chargée de l’enquête.
  

http://www.leprogres.fr/france-monde/2014/10/15/un-chasseur-de-25-ans-meurt-dans-un-accident-de-chasse