dimanche 1 mars 2015

Bailleul : un homme est mort après avoir été percuté par une voiture

Ce dimanche, vers 17 h 15, un homme d’une soixantaine d’années qui était à pied, route de Locre, a été fauché par une voiture. Grièvement blessé, il est décédé une heure plus tard malgré le travail des secours. La route est coupée à la circulation.
L’accident s’est produit au niveau de la frontière. Le véhicule qui a percuté la victime est stationné sur le côté, le pare-brise éclaté : il ne s’agit pas d’un délit de fuite.
L’état de la victime avait d’abord été stabilisé par les sapeurs-pompiers de Bailleul et le SAMU d’Armentières, avant de se détériorer brutalement. Un hélicoptère avait été dépêché sur place pour l’emmener au centre hospitalier de Lille.
On ignorait ce dimanche soir son identité.
http://www.lavoixdunord.fr/region/bailleul-un-homme-est-mort-apres-avoir-ete-percute-ia18b47634n2689133

Aude : un couple de retraités retrouvé mort

L'hypothèse d'un drame conjugal est sérieusement envisagée après la découverte dimanche des corps d'un couple de retraités à son domicile, à Coursan (Aude), révèle le site du Midi Libre.
Selon le quotidien régional, c'est le médecin traitant qui a fait la macabre découvert ce dimanche matin vers 9 h 30.
Les deux victimes, une femme âgée de 87 ans et son époux de 77 ans, présentaient des blessures par arme à feu. Un fusil de chasse a été retrouvé près des corps. Le médecin s'était présenté au domicile des victimes après un appel du mari lui indiquant la mort de sa femme qui souffrait d'un cancer en phase terminale. L'enquête a été confiée aux gendarmes de la brigade de recherches de Narbonne.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/aude-un-couple-de-retraites-retrouve-mort-01-03-2015-4567031.php

Le dernier au revoir à Audrey

Audrey Charrut, jeune et jolie jeune fille du village, à la silhouette frêle, toujours souriante et pleine de joie, est partie trop tôt et trop soudainement, laissant sa famille et ses amis dans une profonde peine. «Depuis l'apparition de tes problèmes de santé en 2011, tu n'as jamais failli, continuant malgré la maladie à aller au collège Maréchal-Lannes à Lectoure où toi et tes parents ont trouvé le réconfort auprès de personnes chaleureuses, comme Mmes Gallardo et Capra ainsi que toute l'équipe pédagogique. Depuis le mois de novembre dernier, les professeurs de l'Association gersoise pour l'enseignement des jeunes malades (ACEJM) sont venus à domicile, eux aussi ont su t'entourer de leur gentillesse. Malgré tes traitements si contraignants, jamais une plainte, tu es restée la battante que l'on connaissait jusqu'à ta décision de te rendre à l'hôpital Necker à Paris pour cette opération chirurgicale censée améliorer ton quotidien. Tu as toujours été pleine d'espoir. Ta maman se souviendra toujours de tes mots à la sortie des examens médicaux : «Ce n'est pas la maladie qui me fait mal, mais votre tristesse.» Audrey, toujours un mot et un sourire pour remonter le moral de tout le monde. Tu aimais le dessin, les mangas et la culture nipponne, tu apprenais même les bases du langage japonais par internet. Ton rêve : aller à une «Japan Expo» en «cosplay asuna». Christelle, ta maman, et Christophe, ton papa, te l'avaient promis après l'opération… Charlène, ta sœur, se souviendra de ta robe jaune «Bob l'éponge» et de ton envie d'aller voir le film. C'est promis, elle ira le voir le fameux Bob au cinéma, habillée de ta robe, en compagnie de ta cousine, et continuera à aller voir Dylan O'Brien ton acteur préféré. L'église était bien trop petite pour accueillir tous tes amis dans la peine et le chagrin. Nous ne t'oublierons jamais et tu nous manques déjà…
Que tes parents, ta sœur, tes grands-parents et toute ta famille soient assurés de notre soutien et de notre amitié dans cette douloureuse et terrible épreuve de la vie.»
http://www.ladepeche.fr/article/2015/03/01/2058322-le-dernier-au-revoir-a-audrey.html

Xynthia : cinq ans après, jour de recueillement pour les habitants de la Faute-sur-Mer

samedi 28 février 2015

Un randonneur décède dans une avalanche

Un randonneur à ski de 62 ans est mort samedi matin dans le massif de la Chartreuse, en Isère, après avoir été emporté par une avalanche de plusieurs centaines de mètres qui s'est déclenchée à son passage.

La victime, originaire de la banlieue grenobloise, faisait partie d'un groupe de quatre randonneurs qui évoluaient en descente dans la combe ouest du Charmant Som, un sommet situé à 1600 mètres d'altitude dans le massif de la Chartreuse et qu'ils avaient tout juste gravi. L'homme, un Isérois "expérimenté et très bien équipé", notamment d'un Détecteur de victimes d'avalanches (DVA), ouvrait la voie à ses compagnons lorsqu'il a été emporté et enseveli par une coulée de neige qui l'a traîné sur "plusieurs centaines de mètres", ont indiqué les secours.

"Au cours de la descente, le groupe a rencontré un peu de brouillard. La victime s'est engagée en éclaireur et après quelques secondes, lorsque le tour des autres est venu, les trois randonneurs restant ont constaté une coulée de neige", a précisé le capitaine Laurent Jaunatre, capitaine de la CRS des Alpes, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Sans aucun signe de vie du sexagénaire, les trois skieurs, un couple et un médecin, décident de contacter les secours et d'engager des recherches dans l'intervalle de leur arrivée. Très rapidement, ils localisent leur compagnon "sous 1,50 mètre de neige" grâce au DVA, épaulés par un autre groupe de randonneurs, puis tentent de le ranimer en vain.

Le décès de l'homme, probablement victime d'asphyxie selon les secours, sera finalement prononcé à son arrivée au CHU de Grenoble, où il a été transporté par hélicoptère. Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances de l'accident.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/02/28/97001-20150228FILWWW00092-un-randonneur-decede-dans-une-avalanche.php

Meurtre d'Aurélia Varlet à Pontarlier : la faute de l’État ?

La famille Varlet sera reçue courant mars ou début avril au ministère de la justice. La requête déposée par l’avocat Randall Schwerdorffer aurait été sérieusement examinée par les conseiller de Christiane Taubira, la ministre.
« C’est très exceptionnel », insiste l’avocat. « Que le ministère souhaite rencontrer la famille d’une victime est déjà important. Mais je serais extrêmement surpris que l’on nous fasse venir pour nous dire qu’il ne peut y avoir de responsabilité de l’état dans cette affaire. J’ose espérer que l’on aura une discussion sur les graves dysfonctionnements des services de l’état dans cette affaire ».
Le 14 août 2013, jour de l’anniversaire de Didier Grosjean, son ex-amie, Aurélia Varlet qui venait de le quitter s’est à nouveau rendue à son domicile de la Rivière-Drugeon, près de Pontarlier. Après une discussion et parcequ’elle essayait de s’enfuir, elle a été abattue de deux balles de fusil, l’une dans le dos, l’autre à la gorge.
Mais dans ce dossier, la justice ne s’est pas « éteinte » avec le geste de Didier Grosjean qui a retourné l’arme contre lui. Cette affaire ne ressemble pas à tous les drames de la séparation qui surviennent dans la rubrique des faits-divers. Et d’abord pour les quatre plaintes classées sans suite à la suite de sept années de calvaire pour l’ex-compagne de Didier Grosjean. La jeune femme, menacée, traquée, espionnée, suivie grâce à quelques complicités « techniques », avait alerté le parquet et exposé les faits dans d’innombrables courriers envoyés aux autorités. Il semble qu’aucun n’ait été pris au sérieux. La jeune femme s’en est sortie en disparaissant totalement, en changeant de voiture, de métier, de région. C’est alors qu’Aurélia est arrivée dans la vie de Didier Grosjean pour subir le même sort. Le drame s’est joué lorsqu’elle a voulu s’échapper
« Nous établissons formellement que le parquet a ordonné une perquisition chez Didier Grosjean à la suite des plaintes de l’ex-compagne. Or cette perquisition n’a jamais eu lieu. Les gendarmes auraient découvert tous les fusils que possédait illégalement Didier Grosjean. Et notamment celui qui a servi à tuer Aurélia ».
Patrick Varlet, le papa d’Aurélia et Giovanni, son frère, sont décidés à aller jusqu’au bout de cette affaire. Ils souhaitent obtenir la reconnaissance d’un dysfonctionnement des services de l’état. « Nous voulons que ces négligences soient attestées. Que l’État reconnaisse. Nous voulons surtout que la parole des femmes en danger soit prise au sérieux et surtout pas à la légère. Nous le faisons pour Aurélia, pour son honneur, pour l’honneur de toutes les femmes qui subissent des violences ».

http://www.estrepublicain.fr/faits-divers/2015/02/27/aurelia-faute-de-l-etat

vendredi 27 février 2015

Gironde : incendie mortel à Saint-Martin-du Puy

Un homme âgé de 69 ans a trouvé la mort cette nuit dans l'incendie de sa maison dans le Langonnais. Son épouse a pu s'extraire des lieux à temps.
L'incendie s'est déclaré dans la nuit de jeudi à vendredi vers 3h du matin. Cette maison isolée de Saint-Martin-du-Puy était occupée par ses propriétaires, en l'occurrence d'un coupe de ressortissants anglais.

Le couple aurait été réveillé par les odeurs de fumée. Si la femme âgée de 63 ans a pu quitter les lieux à temps, son époux en revanche a péri dans l'incendie.

D'importants moyens de pompiers ont été dépêchés sur place.

Une enquête de gendarmerie a été ouverte pour connaître les causes de cet incendie. Parallèlement une autopsie de la victime a été ordonnée par le parquet. Hospitalisée au centre hospitalier de Langon la sexagénaire devrait rapidement être auditionnée

http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/2015/02/27/gironde-incendie-mortel-saint-martin-du-puy-664323.html

Station des Angles : une jeune femme meurt, aspirée par une déneigeuse

Terrible drame sur la station des Angles, dans les Pyrénées-Orientales : le corps d’une jeune femme de 20 ans a été découvert ce vendredi matin, comme lé révèle France Bleu Roussillon. La victime aurait été aspirée par une fraise à neige.
Pour l’heure, les circonstances de l’accident restent floues. C’est le conducteur de la déneigeuse, alerté par les ratés de l’engin, qui a retrouvé le corps coincé dans la machine.
« Elle a été prise dans la fraise à neige, gros rouleau qui aspire et recrache la neige, lors de l'opération de déneigement de la route ce matin vers 5h15 » explique le directeur de la station, Jérôme Meunier.
La jeune femme était a priori une saisonnière employée sur la station et on ignore si elle a été percutée, si elle était allongée dans la neige ou si elle était déjà décédée au passage du véhicule.
Une enquête a été confiée à la gendarmerie et le conducteur, choqué, a été pris en charge par des médecins.
http://newsletter.ladepeche.fr/Go/index.cfm?WL=43740&WS=291720_2501986&WA=9537

Française enlevée au Yémen : son père en appelle à "l'humanité" des ravisseurs

Le père d'Isabelle Prime, la Française enlevée mardi au Yémen a appelé dans un communiqué ses ravisseurs "à faire preuve d'humanité". Il affirme également "aborder cette épreuve avec confiance".
Le père de la Française Isabelle Prime, enlevée mardi au Yémen, appelle ses ravisseurs "à faire preuve d'humanité" et à la libérer, ainsi que la jeune femme yéménite enlevée en même temps qu'elle, "dans les meilleurs délais".
"Nous abordons cette épreuve avec confiance et nous nous tenons aux côtés des autorités françaises avec lesquelles nous sommes en contact permanent et dont nous savons la détermination pour permettre à notre fille de recouvrer sa liberté", ajoute Jean-Noël Prime dans un communiqué transmis jeudi à l'AFP.
"Isabelle aimait le Yémen et souhaitait poursuivre son engagement même dans des conditions difficiles", souligne M. Prime qui a appris mardi en fin de matinée l'enlèvement de sa fille et de la jeune femme yéménite qui l'accompagnait "alors qu'elles travaillaient à Sanaa sur un projet à caractère social au bénéfice du peuple yéménite". "Nous remercions les médias qui ont relayé en France et dans le monde l'émotion suscitée par cet enlèvement", conclut M. Prime dans son communiqué.
"C'est un cauchemar que je vis"
"Depuis deux jours c'est un cauchemar que je vis", a-t-il ajouté, joint au téléphone par l'AFP avant de souligner, à propos des nombreuses sollicitations médiatiques dont il a fait l'objet: "Tout le monde a été vraiment très très respectueux, ça m'a fait chaud au coeur".
Isabelle Prime, 30 ans, qui travaillait pour une société sous-traitante d'un programme en partie financé par la Banque mondiale, et son interprète yéménite Chérine Makkaoui, ont été enlevées à Sanaa par des hommes déguisés en policiers alors qu'elles se rendaient en voiture au travail, selon leur employeur.
Des chefs tribaux et des miliciens chiites houthis ont été sollicités pour obtenir la libération des deux femmes mais l'absence d'autorités légitimes dans la capitale et le départ des diplomates occidentaux compliquent les recherches. Le président François Hollande a exigé mardi que la libération de la jeune femme "intervienne dans les meilleurs délais".
 

jeudi 26 février 2015

Un homme tente de se pendre en pleine rue à Vienne

Ce jeudi 26 février, dans la nuit, un homme âgé de 42 ans a tenté de se suicider dans la rue. Il a accroché son écharpe à un panneau de signalisation. L'intervention des pompiers lui a sauvé la vie
Les faits se sont produits vers 3h30 du matin, à Vienne. Un homme âgé de 42 ans est sorti dans la rue pour tenter de se suicider. Des passants l'ont vu accrocher son écharpe à un panneau de signalisation. Prévenus aussitôt, les pompiers sont intervenus rapidement pour lui porter secours.
L'homme n'a pas été blessé mais, en grande détresse psychologique,  il a été transporté à l'hôpital à Lyon. 


http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2015/02/26/un-homme-tente-de-se-pendre-en-pleine-rue-vienne-663289.html

Montbéliard : la jeune maman décède après un accouchement

Briss Serjam, un père de famille domicilié à Valentigney n’est ni dans l’accusation, ni dans la colère. Seulement abattu par le drame qui vient de le frapper. « C’est terrible », lâche-t-il d’une voix atone. « Mon épouse a quitté la maison en pleine forme pour aller accoucher. On me la rend morte ». Un décès qui a conduit le vice-procureur Lionel Pascal à ouvrir une enquête pour recherche des causes de la mort. Le commissariat de Montbéliard est chargé de conduire les investigations, tandis qu’une autopsie sera pratiquée vendredi. « On veut connaître les raisons et les circonstances du décès, s’il est lié à des complications, une fragilité préexistante de la parturiente ? En tout état de cause, des investigations sont à mener », expliquait hier soir le parquetier.
Fatima, 42 ans, mère de trois enfants est décédée mardi soir au centre hospitalier de Montbéliard où elle avait été transférée « après des complications » samedi.
Maman d’un garçon de 16 ans, d’une fillette de six ans, Fatima Serjam a été admise le 12 février à la clinique des Portes-du-Jura à Montbéliard pour y donner naissance à son troisième enfant. Un petit garçon né par césarienne pratiquée « en urgence » selon le père de famille. En souffrances après l’accouchement, le bébé a d’ailleurs été transféré en pédiatrie au CH de Belfort. Depuis, le nouveau né va bien. Il a rejoint le domicile familial à Valentigney. En raison de ce que nomme pudiquement Briss Serjam « des complications après la césarienne », son épouse demeure, elle à la clinique. « Elle avait de la fièvre et de violents maux de ventre ». À tel point qu’elle est transférée samedi au centre hospitalier de Montbéliard pour un scanner. L’époux est alors averti par un chirurgien que son épouse présente « une grave infection » et qu’elle va « être opérée d’urgence. L’intervention se serait bien passée sauf que des problèmes respiratoires seraient alors intervenus ». Ce nouveau décès à la suite d’un accouchement, qui survient dans un contexte médical très sensible à la clinique des Portes-du-Jura interpelle forcément la justice.
http://www.estrepublicain.fr/faits-divers/2015/02/25/elle-decede-apres-un-accouchement

mercredi 25 février 2015

Un Vosgien victime d'un accident mortel en Haute-Saône

Mardi soir, à Aillevillers-Lyaumont, au lieu-dit « La Branleure », un automobiliste, qui circulait à bord d’une Citroën Xsara, s’est déporté sur sa gauche pour une raison encore indéterminée. Le Vosgien, originaire de la localité voisine, Le Clerjus, a heurté de plein fouet une Fiat qui arrivait en face. Le choc a été fatal.
au conducteur de la Citroën, âgé de 64 ans. Il est décédé alors que les services de secours tentaient de le réanimer. Le conducteur de la Fiat, un homme de 56 ans, a été légèrement blessé. Il a été transporté au centre hospitalier de Vesoul par les pompiers.

http://www.estrepublicain.fr/haute-saone/2015/02/25/aillevillers-lyaumont-un-vosgien-victime-d-un-accident-mortel-en-haute-saone

Territoire de Belfort : une fillette de 2 ans tuée par la chute d'un radiateur

Belfort.- Un accident tragique s’est produit mardi matin  à Roppe, un village situé dans la périphérie de Belfort.
Une fillette de, 2 ans, jouait avec sa grande sœur de 7 ans quand le radiateur de 2,50 m de hauteur devant lequel elle était installée s’est désolidarisé du mur suite à un choc et est tombé sur le bébé.
Le papa, présent avec son épouse, a aussitôt extirpé l’enfant coincé sous le radiateur et réalisé les gestes de premiers secours tandis que les pompiers étaient appelés sur les lieux. Il était 8 h 42.

Hélismur 25 sur les lieux

Le départ d’Hélismur 25, l’hélicoptère du Smur basé à Besançon, a aussitôt été déclenché et est arrivé en un temps record à Roppe où le pilote a choisi de se poser sur l’esplanade du château Lesmann, à 300 m de la rue du Commandant-Arnaud, où la famille habitait. Il était pourtant trop tard : lorsque le médecin du Samu Belfort est arrivé sur les lieux, l’enfant, gravement touchée à la tête, était en arrêt cardiorespiratoire. En dépit des tentatives de réanimation, son décès a été constaté.
Le temps que le maire Louis Heilmann se rende du lieu de l’atterrissage de l’hélicoptère à la rue du Commandant-Arnaud, les secours ne pouvaient plus rien faire. La maman et la sœur aînée avaient déjà été transportées à l’hôpital de Belfort par les pompiers où elles ont été prises en charge par une cellule médico-psychologique. Le papa a suivi dans la matinée. Le mariage du couple avait été célébré à Roppe il y a tout juste un an...
Une autopsie de la petite fille sera réalisée à l’Institut médico-légal de Besançon dans les jours prochains. Une enquête a été ouverte par le parquet de Belfort pour déterminer les circonstances exactes de la mort. Dans l’appartement dont les parents étaient locataires, un technicien d’investigation criminelle est venu faire des relevés en même temps que les gendarmes de la brigade de proximité de Belfort commandés par le capitaine Pax, réalisaient les constats d’usage. Il a fallu quatre personnes pour transporter le radiateur qui s’est transformé, en quelques secondes, en instrument de tragédie familiale.
http://www.estrepublicain.fr/faits-divers/2015/02/24/un-radiateur-tombe-et-tue-une-fillette-de-2-ans

mardi 24 février 2015

Val d'Oise : un policier fauche et tue un cycliste

Un policier de la brigade anticriminalité (BAC) du Val-d’Oise a été mis en examen hier pour homicide involontaire après la mort d’un cycliste, dans la nuit de samedi à dimanche

Ce fonctionnaire âgé d’une trentaine d’années a percuté la victime en rentrant chez lui après son service. Il est aussi soupçonné d’avoir pris la fuite après cet accident survenu alors qu’il avait consommé de l’alcool.

Une petite route de campagne à 5 h 30 du matin. Le fonctionnaire de la BAC nuit s’engage sur la D 28.C’est là qu’il fauche avec son véhicule personnel la victime qui remontait du village d’Ableiges vers le hameau de la Villeneuve-Saint-Martin où il réside. « Je crois que j’ai tué quelqu’un… » confie le policier à sa compagne. Elle décide aussitôt d’alerter les gendarmes compétents sur ce secteur rural du Val-d’Oise. Une patrouille découvre le corps sans vie du cycliste de 32 ans sur le bord de la route.

Un choc particulièrement violent

Le policier est placé en garde à vue par les gendarmes de Marines. Au cours d’une première audition, il aurait expliqué avoir poursuivi sa route après un choc, avant d’indiquer, dans un second temps, s’être arrêté sur le bord de la route mais n’avoir alors rien vu. Le conducteur présentait également une alcoolémie supérieure à celle autorisée.

Hier soir, Yves Jannier, le procureur de la République, a ouvert une information judiciaire pour homicide involontaire, mais aussi délit de fuite et conduite sous l’emprise d’un état alcoolique. « Le cycliste portait un gilet jaune réfléchissant et son vélo était doté d’un éclairage à l’avant et à l’arrière », précise le magistrat qui évoque également un choc particulièrement violent ayant provoqué un enfoncement important de la carrosserie de la voiture.

« J’ai requis le placement sous mandat de dépôt du policier. Le juge des libertés et de la détention a décidé de le placer sous contrôle judiciaire. » Le fonctionnaire de la BAC a fait l’objet d’une mesure de suspension administrative.
http://www.leparisien.fr/faits-divers/val-d-oise-un-policier-fauche-et-tue-un-cycliste-24-02-2015-4555499.php

Théo Romera, 16 ans, se tue à moto en rentrant du lycée

Un nouvel accident mortel de la circulation s'est produit hier soir à Pomas et a coûté la vie à un jeune qui a percuté une voiture de plein fouet alors qu'il circulait en moto sur la «traverse» Pieusse-Pomas.
Un nouveau drame de la route est survenu, hier soir, vers 19 heures à Pomas, sur la départementale 504, surnommée «la traverse» qui va de Pieusse à Pomas. Elle a coûté la vie au jeune Théo Romera qui a perdu le contrôle de sa moto de petite cylindrée et a percuté de plein fouet une voiture qui arrivait en face. Selon les premiers éléments dont nous disposons, l'adolescent s'est soudainement déporté vers le côté gauche de la chaussée et n'a pas pu éviter le véhicule. Le choc fut évidemment violent et à leur arrivée sur place les secours, pompiers et équipe médicale du Smur ont constaté que la victime avait perdu connaissance et se trouvait en arrêt cardio-respiratoire. Durant plus d'une demi-heure, les médecins ont tenté de ramener le malheureux garçon à la vie sans malheureusement y parvenir. Son casque a été retrouvé à plusieurs mètres de lui quand les secours sont arrivés et l'on ignore pour l'heure s'il s'est décroché, s'il n'était pas attaché ou si, tout simplement, il ne portait pas. D'autre part, les dépistages des gendarmes quant à la consommation de drogue ou d'alcool se sont révélés négatifs pour la victime comme pour l'automobiliste. Le mystère est donc entier quant au pourquoi de la perte de contrôle de sa moto de petite cylindrée. Le jeune homme, selon nos informations, rentrait du lycée, l'institution Saint-François à Limoux, et regagnait son domicile de Cornèze où il habitait avec sa maman quand s'est produit l'accident. Le garçon originaire de Pomas avait perdu son papa, boulanger au village de Pomas, François Romera, au mois d'avril 2014 et était membre d'une grande famille du Limouxin. Il comptait de nombreux copains et amis, était adepte de sports mécaniques.
La gendarmerie a ouvert une enquête pour déterminer les causes de ce nouveau drame qui, une fois encore, frappe une jeune victime et, évidemment, sa famille.
http://www.ladepeche.fr/article/2015/02/24/2054928-theo-romera-16-ans-trouve-mort-hier-soir-moto-pomas.html